Alexandre Dafflon: Les ambassadeurs ordinaires du roi à Soleure (XVI – XVIII siècles) – Significations d’une présence continue

Alexandre Dafflon est archiviste paléographe et directeur des Archives de l’État de Fribourg.

Né à Fribourg, ancien élève de l’École nationale des chartes, Alexandre Dafflon a travaillé plusieurs année dans le domaine de l’histoire et des archives financières à Paris.

Il est depuis 2008 directeur des Archives de l’État de Fribourg. Depuis 2004, il a enseigné régulièrement aux Universités de Neuchâtel et Fribourg.

Auteur d’une thèse de l’École des chartes consacrée à l’Ambassade de France en Suisse au début du XVIIIe siècle, il continue à s’intéresser à l’histoire des relations internationales. En 2014, il a publié à Soleure une petite histoire de l’Ambassade du Roi près les cantons suisses (XVIe – XVIIIe siècles). En 2015, il a édité, en collaboration, des journaux personnels tenus par deux Suisses au Congrès de Vienne.

Il co-organise le colloque-frère du 30 novembre 2016 à Fribourg, consacré également à la Paix perpétuelle de 1516.

«Si j’exécutois ce que je me suis proposé de faire, qui est de vous donner une espèce de description de chaque canton, je crois qu’il faudroit que je regardasse la maison de M. de Puyzieulx comme un quatorzième canton, et que ce fust là le premier dont j’eusse l’honneur de vous parler […]. Cette maison est grande et nombreuse et ressemble plustost à une petite république qu’à une simple famille […]. Au milieu de toute la simplicité des mœurs suisses, la magnificence plaît au peuple, et accrédite extrêmement un ambassadeur.» (Lettre de Jean de La Chapelle à Colbert de Torcy, Soleure, 3 février 1706).

Dans ces lignes qu’il adresse au secrétaire d’Etat des Affaires étrangères, l’homme de lettres et « diplomate » Jean de La Chapelle met en évidence le poids de l’ambassade de France à Soleure dans le paysage politique et institutionnel de la Confédération des XIII Cantons. Il faut avouer que l’existence d’une ambassade permanente du roi de France auprès de ses alliés suisses, des lendemains de l’alliance défensive de Lucerne de 1521 jusqu’aux derniers mois de la monarchie en 1792, constitue un fait étonnant et singulier, si l’on considère l’asymétrie apparente entre les deux entités politiques et territoriales que sont la France et la Confédération. La Chapelle suggère aussi que, comme par un processus de capillarité ou de mimétisme, l’ambassade du roi s’est, au fil des siècles, adaptée au paysage institutionnel de l’ancienne Confédération, devenant un « quatorzième canton » et une « petite république ». Cette assertion peut intriguer sous la plume d’un agent de Louis XIV, probablement imbu de la supériorité des institutions de la monarchie française sur celles, complexes et anachroniques, des petites républiques cantonales. Il est vrai qu’en ce début de XVIIIe siècle, les relations et échanges entre les deux partenaires ont atteint une intensité et une régularité peu communes.

 

Les origines

La décision de François Ier de se faire représenter par un ambassadeur ordinaire auprès des cantons suisses date de 1522. Elle s’inscrit dans un contexte qui voit la France se doter de ses premiers postes extérieurs permanents auprès de puissances étrangères : Londres (1515), Rome (1516), Venise (1517), Lisbonne (1522) ou encore Constantinople (1536). Cette décision est naturellement liée au contexte de la guerre pour la possession du duché de Milan : étant parvenu à la paix et à une alliance avec les Suisses, le roi entend disposer d’un représentant permanent chargé d’entretenir des relations d’amitié, mais aussi de veiller à la mise en œuvre des clauses de paix et d’alliance, particulièrement la faculté de procéder à des levées de troupes dans les cantons à un moment où les positions françaises dans le Milanais sont plus que vulnérables. La présence d’un ambassadeur permanent répond donc, en premier lieu, à un contexte politico-militaire particulier, où les Suisses comptent encore comme une puissance militaire. Second aspect exigeant une présence permanente : les clauses financières des traités. Le roi est débiteur des Suisses du fait des sommes promises en 1516-1521, des pensions annuelles aux cantons et des emprunts effectués par la monarchie en Suisse. L’accumulation très rapide des dettes du roi à l’égard des Suisses constitue un sujet constant de négociations serrées avec les cantons et les particuliers. C’est là une des tâches centrales de l’ambassadeur. Il faut y ajouter une surveillance générale de ce qui se passe en Suisse, particulièrement dans les diètes des cantons, ainsi que l’activité des agents et envoyés des puissances concurrentes de la France, notamment ceux de l’empereur qui cherche, lui aussi, l’amitié des Suisses et leur concours militaire dans le conflit qui l’oppose à François Ier. Enfin, avec la permanence et la sédentarisation de l’ambassade du roi, cette dernière devient une plaque tournante dans la collecte de l’information, transmise à la Cour.

Le premier ambassadeur ordinaire nommé par François Ier auprès des Suisses est Louis Daugerant de Boisrigaut (1490-1555), désigné en octobre 1522, qui se signale par la durée inaccoutumée de sa mission, puisqu’il ne rentre en France qu’en juillet 1544. C’est au début de septembre 1530 que l’ambassadeur se fixe à Soleure et ce n’est qu’en 1552 que Sébastien de L’Aubespine (1518-1582), 7e ambassadeur ordinaire, obtient du Petit Conseil de la ville la location d’une aile du couvent des Cordeliers, où les ambassadeurs du roi demeureront jusqu’en 1792.

L’établissement d’une ambassade permanente constitue, de la part du roi, une reconnaissance quasi officielle de la souveraineté des cantons suisses, chose qui n’est pas acquise de jure en 1522, ni en 1552. Il ne s’agit donc pas d’une décision anodine. Cette décision prouve également que le roi estime nécessaire une relation continue avec ses alliés, marquée par des négociations à flux tendu et, probablement aussi, par une difficile mise en œuvre des traités.

 

Soleure, cité des ambassadeurs de France

Il est légitime de se poser la question du choix de Soleure comme résidence des ambassadeurs de François Ier « près les ligues de haute Allemagne », choix qui peut étonner au regard de la modestie de cette cité et de son rang discret dans la Confédération des XIII Cantons. La question de la pérennité du choix de 1530 se pose aussi.

Dans un « Mémoire sur la Suisse », rédigé peu avant la fin de son ambassade, soit vers 1707, le marquis de Puysieulx présente les avantages offerts par Soleure. Le premier est la situation géographique favorable au sein du Corps helvétique, qui permet au représentant du roi de gagner assez aisément les principaux centres politiques de la Confédération, que ce soit Baden, lieu de réunion de la diète des cantons, aussi bien que Berne, Zurich, Bâle ou Lucerne, ou encore les endroits où se réunissent les « diètes confessionnelles ». Le deuxième facteur touche à la sécurité des ambassadeurs. Soleure est une ville sûre. Ce qui fait dire au marquis de Puysieulx, en 1707, que la ville « est la seule de toute la Suisse qui soit fortifiée un peu régulièrement ». La sécurité des ambassadeurs du roi n’est pas un point négligeable. En effet, l’ambassadeur est le représentant personnel du roi et, en cette qualité, il doit impérativement éviter de se trouver dans des situations menaçant non seulement sa vie et celle de son personnel, mais aussi sa dignité, qui est en réalité celle du roi. Il convient donc de trouver une résidence où l’ambassadeur ne risque pas de se heurter à l’hostilité du gouvernement cantonal, de la population locale ou des représentants d’autres souverains. La troisième considération de Puysieulx porte sur les « formes adéquates » du gouvernement de Soleure, à savoir un régime patricien tendant vers l’aristocratie. Ce dernier est installé officiellement à la fin du XVIIe siècle, mais la concentration du pouvoir dans un nombre limité de familles représentées au sein du Petit Conseil est un processus déjà en cours au XVIe siècle. Les avantages pour les représentants du roi sont, d’une part une centralisation de la décision politique, d’autre part une certaine proximité idéologique avec les élites dirigeantes soleuroises, notamment dans la représentation de l’Etat et la pratique du pouvoir. Ce qui fait dire à Puysieulx que « pourvu qu’on soit assuré de cinq ou six des principaux de l’Etat, on est sûr des délibérations qui s’y prennent. » Enfin, Soleure a, dès l’alliance de Lucerne de 1521, constamment cultivé sa relation avec la France, particulièrement par le biais du service étranger. « [Ce canton] entretient plus de 3’000 hommes au service du roy, et c’est ce qui fait les richesses des particuliers qui servent presque tous pendant un certain temps et qui ne font aucun commerce. » Ainsi, l’ambassade du roi trouve à Soleure un point d’attache conforme à ses intérêts et à son bon fonctionnement.

Aux quatre arguments de Puysieulx, il conviendrait d’ajouter quelques considérations sur le positionnement de Soleure dans l’ancienne Confédération et sur les liens particuliers de ce canton avec la politique française en Suisse.

Avec Fribourg, Soleure occupe une place singulière au sein de la Confédération. Entrés dans cette dernière en décembre 1481, en dépit d’une forte opposition des cantons de la Suisse centrale, Soleure et Fribourg se sont vu imposer un statut spécial dans les rangs des cantons : les deux derniers arrivés sont contraint à une politique de neutralité dans les conflits internes à la Confédération ; de plus, ils ne peuvent contracter d’alliance qu’avec l’accord des huit anciens cantons et ne peuvent pas bénéficier systématiquement de l’appui militaire de ces derniers. Ce statut de « neutralité forcée » a pour conséquence le développement d’une politique modérée chez les dirigeants soleurois, qui est très manifeste à la veille de la bataille de Marignan. Le « pragmatisme politique » de Soleure continue à être patent après la paix de Fribourg, notamment dans la fracture confessionnelle. Comme Fribourg, Soleure, en dépit de sa fidélité à l’ancienne foi, se tient en retrait des deux guerres confessionnelles qui secouent la Confédération au tournant des années 1530 (guerres de Kappel en 1529 et 1531). Cette attitude ne peut que convenir à la France, dont l’intérêt bien senti est de maintenir la concorde entre les cantons face aux interventions très actives de l’Espagne et de l’Empire en faveur du camp catholique. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Soleure poursuit sa politique prudente : en 1587-1588, par exemple, bien que signataire de la Ligue d’or scellée par les cantons catholiques à Lucerne le 5 octobre 1586, Soleure refuse d’adhérer à l’alliance espagnole. Cette politique ne peut alors qu’être conforme aux objectifs de la diplomatie française en Suisse et militer pour un maintien à long terme de l’ambassade du roi à Soleure.

Il conviendrait de ne pas oublier également les liens assez étroits qui unissent, en cette première moitié du XVIe siècle, la ville de Soleure au comté de Neuchâtel, dont les souverains sont, depuis 1504, les princes d’Orléans-Longueville, cousins proches du roi de France. Un traité de combourgeoisie, renouvelé régulièrement, lie les comtes de Neuchâtel et Soleure dès 1369. En 1512, dans leur lutte contre Louis XII, les Confédérés se sont emparés du comté et l’occupent jusqu’en 1529, date de sa restitution à sa souveraine légitime, Jeanne de Hochberg, épouse de Louis d’Orléans-Longueville († 1516). L’ambassadeur du roi, Boisrigaut, assisté d’un ambassadeur extraordinaire, Jean Morelet du Museau, contribuent grandement à la restitution. A la faveur du lien de combourgeoisie et en raison d’intérêts fonciers et économiques dans la région, des Soleurois entrent au service des ducs d’Orléans-Longueville et occupent les fonctions de conseillers d’Etat et de gouverneurs du comté, bientôt érigé en principauté, en alternance avec des ressortissants fribourgeois, jusqu’à l’extinction des Orléans-Longueville en 1707. Ces mêmes Soleurois se voient attribuer des fonctions de secrétaires ou de secrétaires-interprètes à l’ambassade à Soleure. Cet « axe » Paris – Neuchâtel – Soleure ne s’incarne pas que dans les personnes, il prend également les traits de relations financières intenses. Soleure figure parmi les créanciers suisses les plus importants de la couronne. Celle-ci, toujours pressée d’opérer des levées d’hommes en Suisse, mais souvent incapable d’en assurer le financement immédiat, ne cesse de solliciter des crédits auprès des cantons amis. Soleure se trouve naturellement sollicitée et ne peut qu’entrer dans le jeu de la France en raison de l’importance du service capitulé pour son économie et si elle veut préserver la garantie de ses créances sur la couronne. Ainsi, en 1568, l’Etat de Soleure consent à la France le renouvèlement d’un prêt de 50’000 écus, hypothéqué sur l’héritage neuchâtelois des princes d’Orléans-Longueville. Les créances soleuroises s’accumulant, la Couronne étant mauvaise payeuse, Soleure voit ainsi nolens volens ses intérêts financiers étroitement soumis aux succès de la politique française.

 

La longue suite des ambassadeurs ordinaires

De 1522 à 1792, 45 ambassadeurs ordinaires du roi ont séjourné à Soleure (voir annexe). En tenant compte des périodes d’intérim et de vacance, cela représente une présence continue de 240 ans sur les 270 que constitue l’ensemble de la période. La durée moyenne d’une ambassade est de 5 ans et 4 mois, la mission la plus courte étant de 6 mois et la plus longue s’étendant sur 22 ans. La durée de l’ambassade n’est pas synonyme de succès, bien au contraire. Si celle de Boisrigaut s’explique par l’importance d’installer dans la durée les nouvelles relations entre la couronne et les Suisse après les traités de 1516-1521, ainsi que par l’urgence pour la France de recruter des troupes suisses, la durée des missions du marquis d’Avaray (amb. 1716-1726) et du chevalier de Beauteville (amb. 1763-1775) est plutôt le résultat de situations bloquées et d’une certaine apathie politique. Les missions courtes peuvent être décisives, si elles coïncident avec le renouvellement de l’alliance, comme c’est le cas pour la seconde ambassade de Jean de La Barde (amb. juin-décembre 1663) et la première du marquis de Vergennes (amb. avril-septembre 1777).

L’origine professionnelle des ambassadeurs se répartit comme suit : 12 militaires, 4 ecclésiastiques et 29 ambassadeurs issus de la robe ou ayant déjà accompli une carrière dans l’administration ou les relations extérieures. En suivant la chronologie des règnes, cette répartition se présente comme suit :

Règne Nombre Militaire Ecclésiastique Robe
François Ier (1515-1547) 3 2 1
Henri II (1547-1559) 6 2 2 2
François II (1559-1560)
Charles IX (1560-1574) 5 1 1 3
Henri III (1574-1589) 3 1 2
Henri IV (1589-1610) 4 4
Louis XIII (1610-1643) 5 5
Louis XIV (1643-1715) 8 2 1 5
Louis XV (1715-1774) 6 2 4
Louis XVI (1774-1792) 5 2 3
Totaux 45 12 4 29

On constate d’emblée la présence majoritaire d’individus issus de la noblesse de robe et de la magistrature, environ deux tiers, dont le nombre est important sous les règnes des Bourbons. L’élément militaire, présent au début de la période, s’estompe ensuite pour revenir, modérément, à la fin du règne de Louis XIV et sous celui de ses successeurs. Quant aux ecclésiastiques, ils sont peu nombreux, ce qui s’explique peut-être par le souci de la couronne de ne pas provoquer les cantons évangéliques. Du milieu du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle, le pouvoir royal puise ses ambassadeurs dans les rangs, de plus en plus nombreux, du personnel judiciaire et administratif.

Les réseaux familiaux et de clientèle politico-financière ne sont naturellement pas absents dans le recrutement des ambassadeurs. Le poste – bien que réputé exiger des reins solides au niveau des capacités financières – n’en est pas moins attrayant et lucratif. Sous le règne d’Henri II, le « clan » L’Aubespine-Bochetel-Morvilliers place quelques-uns des siens, tel Sébastien de L’Aubespine (amb. 1552-1554), frère de Claude, l’un des premiers secrétaires d’Etat, auquel succède son propre beau-frère, Bernardin Bochetel (amb. 1554-1558). Sous les règnes des derniers Valois et sous celui d’Henri IV, les Bellièvre figurent en bonne position avec Pomponne (amb. 1566-1571), son frère Jean (amb. 1573-1578) et, plus tard, Eustache de Refuge, gendre de Pomponne (amb. 1607-1611). Au XVIIIe siècle, d’autres « clans familiaux » investissent la place, avec les Voyer d’Argenson, représentés par le marquis de Courteilles (amb. 1738-1749), beau-frère de son successeur immédiat, Antoine-René Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (amb. 1749-1752), et les Chavigny-Vergennes auxquels se rattachent le chevalier de Chavigny (amb. 1753-1762) et le marquis de Vergennes (amb. 1777 et 1786-1789), frère aîné du comte de Vergennes (1719-1787), secrétaire d’Etat des Affaires étrangères et principal ministre de Louis XVI.

Au cours des 270 années étudiées émergent peu à peu des profils de carrière plus nettement ancrés dans les relations extérieures et dans ce que l’on n’appelle pas encore la « diplomatie ». Au XVIe siècle, les ecclésiastiques sont déjà des professionnels de la négociation, avec Sébastien de L’Aubespine, déjà chargé de missions extraordinaires en Suisse avant son ambassade, tout comme Bernardin Bochetel, négociateur en Angleterre (1550) et au Brandebourg (1554). La tendance se poursuit et s’intensifie au XVIIe siècle avec des laïcs étroitement mêlés aux négociations qui aboutissent aux traités de Westphalie, tels Jean de La Barde (première amb. 1648-1660), le marquis de Saint-Romain (amb. 1672-1676), dont toute la carrière a été « diplomatique » et son successeur, Robert Vincent de Gravel (amb. 1676-1684), lui aussi tout « diplomate ». Au siècle suivant, deux figures de « diplomate professionnel » émergent : le marquis de Bonnac (amb. 1727-1736), introduit dans la « carrière » par son oncle Usson de Bonrepaus, et le chevalier de Chavigny, qui passe sa vie dans des postes à l’étranger.

Que deviennent les ambassadeurs après leur séjour en Suisse ? Il en est quelques-uns qui meurent en poste, tels Guillaume du Plessis († 1550), Antoine Morelet du Museau († 1552), François Hotman († 1600), Michel Vialart († 1634) et Robert Gravel († 1684). Pour quelques-uns, l’ambassade de Soleure est le dernier poste occupé. C’est le cas de Jacques Le Fèvre de Caumartin (amb. 1641-1648), de Jean de La Barde, d’Antoine-Michel Tambonneau (amb. 1684-1689), des marquis de Puysieulx (amb. 1698-1708), d’Avaray et de Bonnac, du vicomte de Polignac (amb. 1777-1784). Dans les cas de militaires comme Avaray et Polignac ou dans celui de Bonnac, l’ambassade de Soleure apparaît comme une récompense après une carrière bien remplie dans les camps ou dans les postes à l’étranger.

D’autres poursuivent un parcours « diplomatique ». Au XVIe siècle, Sébastien de L’Aubespine, nommé évêque de Limoges, participe aux négociations des traités de paix de Cateau-Cambrésis (1559). Il en est de même du marquis de Sancy (amb. 1579-1582), qui, après son ambassade ordinaire, reviendra en Suisse à deux reprises, dont l’une pour négocier le renouvellement de l’alliance défensive (1601). Entre temps il aura participé activement aux négociations de la paix de Vervins (1598). Le marquis de Saint-Romain poursuit sa carrière « diplomatique », qui se termine au poste d’ambassadeur à Lisbonne (1683-1685). Il en est de même du marquis de Gournay (amb. 1689-1698), ambassadeur à Madrid (1705-1709), puis chargé de mission près le Saint-Siège (1714-1715), ou encore du marquis de Paulmy qui, après avoir été un éphémère secrétaire d’Etat de la Guerre (1757-1758), sera ambassadeur en Pologne (1759-1765) et à Venise (1766-1769).

Enfin, quelques grandes figures poursuivent leur carrière dans le cercle très rapproché de la personne du roi et occupent des fonctions éminentes au cœur de l’Etat monarchique. Pomponne de Bellièvre est nommé surintendant des finances par Henri III (1574-1588), puis chancelier de France par Henri IV (1599-1607) et Nicolas Brûlart de Sillery (amb. 1587-1597) est nommé garde des sceaux (1604-1607), puis chancelier (1607-1624). La seconde moitié du XVIe siècle et les premières années du XVIIe siècle sont marquées par un certain prestige de l’ambassade de Soleure dans le cursus honorum des serviteurs de la couronne.

Il conviendrait naturellement de replacer le poste de Soleure dans le développement général, lent, mais patent, des instruments de la « diplomatie » française à l’époque moderne. Si l’ambassade du roi près les cantons suisses se singularise sous bien des aspects, elle n’en est pas moins un poste extérieur parmi d’autres ; de plus, si son prestige est grand au XVIe siècle et lors du premier XVIIe siècle, ce dont atteste la qualité des hommes envoyés comme ambassadeurs, on peut penser qu’elle perd de son prestige et de son importance dans la seconde partie de l’époque étudiée. Enfin, si les ambassadeurs ordinaires représentent une face importante de la politique française en Suisse, il conviendrait évidemment de ne pas oublier que cette politique s’incarne aussi dans des ambassadeurs extraordinaires, ainsi que dans des envoyés, secrétaires et autres agents plus ou moins officieux. Il y a là un foisonnement que l’attention portée ici aux ambassadeurs résidants ne doit pas ignorer.

 

Le poids de l’ambassade du roi à Soleure

Dans un mémoire de l’an 1562, un « diplomate » français évoque, non sans un certain cynisme, la facilité avec laquelle l’ambassadeur contrôle la cité-Etat où il réside :

A Soleure, ils sont doux et aisez à gouverner et la demeure de l’ambassadeur luy donne moyen, par la cognoissance qu’il y a de tous les particuliers, d’y faire ce qu’il veut.

Au début du XVIIIe siècle encore, le marquis de Puysieulx se loue des bonnes dispositions de Messieurs de Soleure, qui ne sont cependant pas gratuites :

La résidence de l’ambassadeur contribue beaucoup à maintenir ce canton dans les bonnes dispositions où il est, et il sera toujours facile d’en obtenir ce qu’on voudra pourvu qu’on luy paye régulièrement les pensions et les gratifications que des particuliers y reçoivent tous les ans.

A la fin du XVIIIe siècle, Soleure demeure l’un des cantons les mieux lotis en matière de pensions, avec un versement officiel de 26’000 livres, une pension d’écoliers de 400 livres, des pensions particulières de 10’050 livres et des « pensions diverses » de 4’800 livres, soit un total de près de 41’000 livres annuelles. La première place dans le palmarès des cantons. Sans compter les revenus que constituent pour l’Etat de Soleure et l’oligarchie de ce canton la livraison des sels français, qui génère des revenus très lucratifs, ainsi que les dépenses faites par l’ambassade du roi sur les lieux mêmes de la résidence.

Les relations entre l’ambassade et Soleure se distinguent donc par une grande proximité et un beau fixe quasi permanent. Des « incidents diplomatiques » éclatent cependant, qui mettent en danger la dignité de l’ambassadeur. Citons, pour exemple, le triste sort réservé, au mois de septembre 1678, au suisse de l’ambassadeur Gravel par la milice de la ville, dont rend compte un secrétaire de l’ambassade au secrétaire d’Etat Arnaud de Pomponne :

A la fin du mois de septembre […], la patrouille qui alloit, la nuit, pour empêcher les désordres, ayant rencontré entre neuf et dix [heures] le suisse de M. de Gravelle, qui retournoit de la poste, le maltraita sans sujet de paroles, auxquelles ayant répondu un peu fortement, il se trouva incontinent chargé de coups et contraint, pour éviter pis, de se sauver jusqu’à la porte du palais de l’ambassadeur, laquelle n’ayant pu ouvrir assez promptement, il en fut maltraité derechef et même en quelque danger. Ce que M. de Gravel ayant seu le lendemain, il en fit faire ses plaintes au conseil et témoigna qu’il désiroit absolument une satisfaction convenable à l’injure qu’il prétendoit luy avoir été faite par cette action. Comme il étoit question du châtiment de trois ou quatre bourgeois, qui en étoient les autheurs, le conseil se trouva fort en peine […]. Enfin les coupables, malgré la protection de leurs parens et de leurs amis, furent bannis de la ville […] et de tout l’Estat. Il y eut de plus un décret par lequel il fut ordonné à tous les chefs des confrairies […] de respecter l’ambassadeur et sa suite et de se rendre digne de l’honneur que leur faisoit la Couronne de France d’y entretenir un depuis un si long temps, par préférence à tous les autres cantons […].

Voici, parmi quelques autres, un épisode périlleux, qui finit à l’avantage de l’ambassadeur, mais qui ne laisse pas de mettre à mal son prestige, celui de sa maison et, en définitive, celui du roi.

Dans un registre plus badin, les Français ne manquent pas de se moquer de la balourdise et du manque d’élégance des Suisses, et des Soleurois en particulier. La Chapelle, déjà cité, nous en fournit un exemple. Dans une lettre du 27 janvier 1707 à Colbert de Torcy, il narre avec ironie son arrivée à Soleure et sa réception par le gouvernement de la ville. Son récit met en évidence les limites de la bonne compréhension entre Français et Soleurois.

Les seigneurs de Soleure m’ont envoyé haranguer par leur secrétaire d’Etat. La plupart d’entre eux sont venus chacun en particulier me faire leur harangue. Ici rien ne va sans harangue. M. de Pourceaugnac disait qu’il pleuvait à Paris des lavements et des femmes. En Suisse, il pleut des harangues et des harangueurs. Hier, le grand sautier me fut envoyé, vêtu de robe noire, portant une espèce de baudrier noir garni d’argent, et suivi de plusieurs casaquins rouges, qui apportaient le présent de l’Etat. La troupe entra gravement dans ma chambre. Le grand sautier entonna une belle et longue harangue en allemand. Je n’avais pour interprète, et même pour tout cortège, qu’un laquais basque, ne sachant autre langue que le basque. Il roulait de grands yeux, croyant voir un magicien qui faisait des conjurations. Je lui répondis en latin aussi longtemps qu’il avait parlé en allemand. Heureusement, il n’entendait pas plus le latin que moi l’allemand, et comme il vit que nous étions à deux de jeu, il s’humanisa, me parla français, et nous nous séparâmes fort contents l’un de l’autre. Une heure après, l’aventure fut publique dans la ville et me fit beaucoup d’honneur. Les conseillers d’Etat assemblés ce matin pour leurs affaires ont ri de tout cœur, et m’ont fort applaudi.

Au-delà de ces épisodes qui démontrent que la vie des agents du roi à Soleure n’est pas absolument de tout repos, il convient de mettre en évidence le fait que le représentant du roi cherche à entretenir au sein de la cité un « parti français », un peu comme aux beaux jours des guerres d’Italie les puissances européennes (France, Papauté, Empire) comptaient des partisans dans les cantons. On a longtemps assimilé ces partis à des familles des patriciats locaux. Au début du XVIIIe siècle, le « parti français » à Soleure reposerait principalement sur une famille du patriciat, les Besenval, qui tiennent le haut du pavé. Arrivés du Val d’Aoste à Soleure, via Augsbourg, dans les premières décennies du XVIIe siècle, ils ont fait une ascension sociale fulgurante, grâce à deux canaux étroitement liés aux relations franco-suisses : le service de France d’une part, le monopole du commerce du sel français d’autre part. Ils ont aussi su s’allier avec les familles puissantes du cru. Les rivaux des Besenval seraient les Roll, l’un des plus anciens lignages soleurois, entré dans la noblesse d’Empire dès 1431 et installé dans la cité à la fin du XVe siècle. Peut-on considérer les Roll comme les animateurs d’un « parti anti-français » ? Certes, dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du siècle suivant, l’avoyer Johann Ludwig von Roll von Emmenholz (1643-1718) fait figure d’opposant principal à la politique française à Soleure, principalement à la suite du licenciement de sa demi-compagnie au régiment des Gardes suisses (1661), et probablement aussi du fait de ses liens avec son cousin Karl Konrad von Beroldingen (1624-1706), colonel au service d’Espagne, proche de l’ambassadeur d’Espagne en Suisse, Carlo Casati. Mais ses positions demeurent relativement marginales au sein de la République soleuroises et si, en 1715, Roll combat le renouvellement de l’alliance avec la France, sa disparition, trois ans plus tard, marque l’échec d’une politique anti-française à Soleure. De plus, les relations de l’ambassade avec les « clans familiaux » ne manquent pas d’être ambiguës, comme en atteste les nombreux mémoires et listes des membres des principales familles de la ville, contenant des considérations – souvent assez obscures et contradictoires – sur le caractère des individus, leurs intérêts personnels et familiaux, leur position quant à la France et aux autres puissances. Si des « clans familiaux » existent, ils sont souvent traversés par des intérêts divergents et aléatoires du fait des liens étroits unissant les familles les plus importantes de la république, qui pratiquent une endogamie assez généralisée. Par ailleurs, les personnalités identifiées par l’ambassade comme amies ou ennemies de la France ont généralement l’habileté de ne pas « mettre tous leurs œufs dans le même panier ».

Il n’en demeure pas moins que les Besenval dominent à Soleure jusqu’en 1723, date à laquelle les effets conjugués de l’héritage empoisonné de la politique louis-quatorzienne, de la banqueroute de la banque La Chapelle et de la faillite du Système de Law en France, provoquent la chute de la maison et une ruine – toute relative – du « parti français ». En 1723, la désignation de deux nouveaux avoyers et de leurs remplaçants dans les charges de bannerets donne lieu à une lutte d’influence entre les Besenval et leurs adversaires. Ce sont ces derniers qui parviennent à leurs fins : les Besenval et leurs amis sont écartés des plus hautes fonctions de la République. L’affaire dégénère dans la violence, puisqu’elle se termine par un duel mortel. La défaite des Besenval et de leurs amis semble être non seulement celle d’un « clan » dont le destin est lié à la France, mais aussi celle du « parti absolutiste ou aristocratique » à Soleure.

De son hôtel des ambassadeurs, le marquis d’Avaray assiste à la crise politique, sans pouvoir intervenir activement :

[…] on n’entend parler que de changements, de brigues et de cabales, dont les suites ne sauroient être que très fâcheuses et qui donnent lieu de craindre de plus grands désordres dans ce canton. J’ai tâché jusqu’à présent de porter les esprits à l’union et, malgré le triste événement de la mort du jeune Besenval, qui vient d’arriver et qui va encore augmenter l’animosité des deux partis, j’espère de parvenir à empêcher que les intérêts de Votre Majesté n’en souffrent.

Ce fragment de correspondance met en évidence le rôle de temporisateur et de médiateur que l’ambassadeur du roi tente de jouer dans les conflits internes au sein de la petite république. Ce faisant, il s’efforce de préserver également la dignité et les intérêts de la couronne, en évitant de s’impliquer trop ouvertement en faveur d’un « clan ». Il en résulte une certaine impuissance. La crise de 1723, si elle écarte les Besenval des affaires de la cité, ne rompt pas brutalement la relation privilégiée des élites soleuroises avec l’ambassade de France. Si les investissements financiers soleurois au bénéfice de la couronne sont désormais consentis de manière plus prudente et modérée, les Soleurois sont parfaitement conscients des avantages financiers et politiques que sous-tendent de bonnes relations avec l’ambassade et la politique clientéliste de cette dernière.

 

La remise en cause d’une « tradition »

Après 1750, il semble que les pratiques et traditions de la « diplomatie » royale en Suisse subissent une certaine remise en question. Sans doute les échecs répétés dans les démarches entreprises pour renouveler l’alliance avec tous les cantons, ainsi que le progrès des Lumières, souvent critiques à l’égard des méthodes de la « diplomatie » des monarques, n’y soient pour quelque chose. Une « Note sur la Suisse » de 1767 va jusqu’à remettre en cause l’existence d’une ambassade de premier rang à Soleure et relativise l’intérêt des pensions et avantages financiers accordés aux cantons.

[…] il paroitroit […] plus qu’inutile d’entretenir constamment un ambassadeur en Suisse, ce qui ne sert guère qu’à rendre les Suisses plus intrigants et plus présomptueux en leur faisant imaginer que la France a le plus grand besoin d’eux. […] [il suffirait] d’avoir un résident à Soleure et des correspondans sûrs et intelligens dans tous les cantons […].

[…] l’argent immense que le Roy répand en Suisse est presque en pure perte, les Cantons qui reçoivent des pensions étant accoutumés depuis longtemps à les regarder comme une chose due et s’embarrassant fort peu de tenir les engagemens qui en sont le prix.

La monarchie française ne revient pourtant pas sur ses principes, bien que l’alliance renouvelée en 1777 avec tous les cantons le soit dans un esprit fort différent de celui des précédents renouvellements. Les préoccupations de la France sont désormais éloignées des cols alpins et de la lutte séculaire contre l’ennemi héréditaire, la Maison d’Autriche. Les enjeux de la politique internationale sont davantage situés sur les mers et dans les colonies et l’équilibre des puissances rend moins précieuse l’alliance des Suisses. C’est la Révolution qui fera disparaître l’ambassade de Soleure, mais qui, dans le même temps, va réveiller l’intérêt de la France pour son petit voisin oriental. Dans les conflits continentaux qui vont traverser l’Europe jusqu’à la chute de l’Empire napoléonien, la Suisse sera à nouveau l’objet d’une attention toute particulière de la part de Paris. Parallèlement, et de manière lente et laborieuse, l’émergence d’un droit public international reposant sur des principes et règles nouveaux permettra à une Suisse nouvelle de naître et de se développer sous la garantie des puissances européennes. Mais ceci est une autre et très longue histoire…

Il est indéniable que l’ambassade du roi à Soleure a constitué un instrument essentiel des relations entre la couronne et les Confédérés durant un peu moins de trois siècles. Ces relations sont marquées par un déséquilibre évident entre un Etat territorial qui développe son administration et la centralise et une confédération de micro-Etats à l’organisation politique extrêmement complexe, dénuée de centre politique fort. On dit que les Suisses, divisés et impuissants, ont été placés sous la puissance protectrice de la France. Protection est-elle alors synonyme de protectorat ? Si la relation entre la France et les Suisses a été très forte à travers toute l’époque moderne, elle ne fut pas l’unique relation des cantons avec l’extérieur. Ces derniers ont tissé des liens avec l’Empire, l’Espagne, la Saxe, le Piémont, les Provinces-Unies ou encore l’Angleterre, en fonction de leurs intérêts et des réalités conjoncturelles et géopolitiques du moment. Par ailleurs, ils ont parfois su jouer sur plusieurs tableaux et utiliser les rivalités des grandes puissances pour mieux défendre leurs propres intérêts. S’ils acceptaient un certain interventionnisme de la France dans les affaires intérieures, ils surent aussi en tirer des bénéfices non négligeables. Surtout, nolens volens, ils durent ou surent se maintenir en dehors de l’état de guerre permanent qui marqua ces trois siècles d’histoire de l’Europe, tout en exportant leurs soldats dans le service étranger. Ces attitudes – qui peuvent certes être jugées mesquines et peu glorieuses – relèvent ce que des historiens ont récemment baptisé les « ressources des faibles » ou comment survivre et exister dans un monde où c’est la force armée, la centralisation du pouvoir et la puissance territoriale qui commandent.

Alexandre Dafflon

 

Annexe

Liste des ambassadeurs ordinaires du roi près les cantons suisses

(1522-1792) [1]

  1. Louis Daugerant, seigneur de Boisrigaut (1490-1555) xi.1522 – vii.1544
  2. Antoine Morelet du Museau († 1552, Bâle) iii. – xi. 1546
  3. Guillaume du Plessis, seigneur de Liancourt (1491 – † 1550, Soleure) ii. – x. 1547
  4. Louis Daugerant, seigneur de Boisrigaut (1490-1555) ix.1547 – vii.1548
  5. Guillaume du Plessis, seigneur de Liancourt (1491 – † 1550, Soleure) i.1549 – xi.1550
  6. Antoine Morelet du Museau († 1552, Bâle) ii.1551 – x.1552
  7. Sébastien de L’Aubespine, abbé de Basse-Fontaine (1518-1582) xi.1552 – x.1554
  8. Bernardin Bochetel, abbé de Saint-Laurent († v. 1570) x.1554 – v.1558
  9. Mathieu Coignet (1514/1515-1586) v.1558 – viii.1562
  10. Diègue de Mandosse viii. – xii.1562
  11. Nicolas de La Croix, abbé de Saint-Pierre d’Orbais iii.1563 – iv.1564
  12. Pomponne de Bellièvre (1529-1607) iii.1566 – i.1571
  13. François Gaudart i.1571 – ii.1573
  14. Jean de Bellièvre, seigneur de Hautefort (1524-1584) iii.1573 – xii.1578
  15. Nicolas de Harlay, marquis de Sancy (1546-1629) ii.1579 – v.1582
  16. Henri Clausse, seigneur de Fleury viii.1582 – v.1586
  17. Nicolas Brûlart, marquis de Sillery (1544-1624) viii.1587 – vi.1597
  18. François Hotman, seigneur de Mortefontaine († 1600, Soleure) vii.1597 – v.1600
  19. Méry de Vic (1553-1622) viii.1600 – i.1605
  20. Louis Le Fèvre, seigneur de Caumartin (1552-1623) i.1605 – iii.1607
  21. Eustache de Refuge (1564-1617) v.1607 – ix.1611
  22. Pierre de Castille (v. 1581-1629) xii.1611 – iv.1616
  23. Robert Miron (1570-1641) xi.1617 – vi.1627
  24. Michel Vialart († 1634, Soleure) iv. – x.1634
  25. Blaise Méliand († 1661) iii.1635 – vii.1640
  26. Jacques Le Fèvre, seigneur de Caumartin († 1667) i.1641 – i.1648
  27. Jean de La Barde marquis de Marolles (1602-1696) i.1648 – xii.1660
  28. Jean de La Barde (1602-1696) vi. – xii.1663
  29. Melchior de Harod de Sévenas, marquis de Saint-Romain (1611-1694) xi.1672 – ii.1676
  30. Robert-Vincent de Gravel (1616 – † 1684, Soleure) ii.1676 – vi.1684
  31. Antoine-Michel Tambonneau (1636-1719) xii.1684 – i.1689
  32. Michel-Jean Amelot, marquis de Gournay (1655-1724) i.1689 – iv.1698
  33. Roger Brûlart, marquis de Sillery et de Puysieulx (1640-1719) iv.1698 – vi.1708
  34. 34 François-Charles de Vintimille, comte du Luc (1653-1740)  ii.1709 – vi.1715
  35. Claude-Théophile de Bésiade, marquis d’Avaray (1655-1745) xi.1716 – x.1726
  36. Jean-Louis d’Usson, marquis de Bonnac (1672-1738) xi.1727 – x.1736
  37. Jacques-Dominique Barberie, marquis de Courteilles (1696-1767) iii.1738 – iv.1749
  38. Antoine-René Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787) vi.1749 – iii.1752
  39. Anne-Théodore Chevignard, chevalier de Chavigny (1687-1771) vi.1753 – vi.1762
  40. Pierre Buisson, chevalier de Beauteville (1703 – † v. 1792, Lausanne) x.1763 – vii.1775
  41. Jean Gravier, marquis de Vergennes (1718-1794) iv. – ix.1777
  42. Louis-Héraclius Melchior, vicomte de Polignac (1717-1802) xii.1777 – vi.1784
  43. Jean Gravier, marquis de Vergennes (1718-1794) v.1786 – iii.1789
  44. Charles-Olivier de Saint-Georges, marquis de Vérac (1743-1828) viii.1789 – v.1791
  45. Balthasar-François Barthélemy (1747-1830) i.1792 – v.1797

[1]   La version imprimée de la présente contribution comportera des notices biographiques succinctes des ambassadeurs ordinaires du roi en Suisse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *