Prof. Dr. Silvia Arlettaz: Le contrôle de la mobilité sous la République Helvétique: le soutien actif de la France contre les ennemis de la République

Silvia Arlettaz est professeur titulaire en histoire moderne, générale et suisse à l’Université Miséricorde à Fribourg. Thèmes centraux de recherche: immigration, citoyenneté, naturalisation, identité nationale, presse, République Helvétique, histoire du Valais.

Licence ès Lettres à l’Université de Neuchâtel.  Collaboration au Centre d’études franco-suisses, Université de Neuchâtel : avec Philippe Gern, “Les relations franco-suisses au XIXe siècle.  La confrontation de deux politiques économiques. (1992)”,  mandat aux Archives fédérales suisses: “La Constitution fédérale en chantier. Commentaires et inventaire des sources de l’histoire de la Constitution fédérale 1848-1998 (1998)”. Thèse en 2002, directeurs Mario Turchetti, Gérard Noiriel: “Citoyens et étrangers sous la République Helvétique 1798-1803 (2005)”. Nombreuses publications avec Gérald Arlettaz  comme p.ex. “Les étrangers en Suisse. L’immigration et le développement de la formation nationale 1848-1933” (2010 2e éd.).

TEXTE DE LA PRESENTATION ORALE – APPAREIL CRITIQUE INCOMPLET ; SANS LA LITTERATURE SECONDAIRE

Introduction

Dans la longue tradition des relations entre la France et la Suisse, j’ai choisi de traiter de la République Helvétique, et plus singulièrement de sa politique sécuritaire en matière de contrôles des personnes. Une politique sous haute surveillance de la France, qui va multiplier les ingérences pour accélérer la mise en oeuvre de mesures propres à soutenir ses propres objectifs.

Nous sommes dans les débuts de la République Helvétique, entre avril 1798 et fin 1799. Une période très troublée par les oppositions intérieures au nouveau régime et par la pression des Puissances opposées à la France. Dans ce contexte, le contrôle des populations représente un défi majeur pour le jeune gouvernement helvétique, qui doit asseoir son action et construire une Nation intégrée.

C’est également une priorité pour la France, qui entend exercer une surveillance étroite de l’utilisation du territoire helvétique. Son attention se porte sur les étrangers ennemis de la République. Mais plus encore, la France est obnubilée par la présence d’émigrés français, accueillis par les ci-devant canton au lendemain de la révolution Bien que leur nombre ait été en diminuant, – la Diète et les cantons ayant été incités à plus de prudence – la France n’a cessé de protester pour obtenir leur expulsion.

Les rapports de force changent avec l’instauration de la République Helvétique par l’adoption de la Constitution du 12 avril 1798, sous le contrôle militaire de la France. La France se porte garante de la Constitution et s’affirme comme la « grande nation », qui protègera la Patrie helvétique contre les projets liberticides de ses ennemis tant intérieurs qu’extérieurs » La France veut des rapports de confiance entre les deux nations, basés dans l’identité des principes et des lois. Pour assurer sa mission, elle est déterminée à se doter des moyens nécessaires d’intervention, pour pallier les carences du gouvernement helvétique. Elle peut compter sur des agents et des généraux particulièrement actifs, ainsi que sur un Directoire dont les intérêts politiques rejoignent partiellement les siens.

En matière d’asile, la position de la France est claire. Sur son territoire comme sur celui des républiques soeurs, la terre de liberté doit être réservée aux seuls nationaux et étrangers idéologiquement conformes. Frontière juridique et politique se conjuguent pour catégoriser les ennemis de l’intérieur, les « étrangers » à l’ordre nouveau. Pour rendre visible la mobilité et permettre une identification formalisée des individus, la France a multiplié les lois sur les passeports. Elle n’entend pas tolérer un vide juridique qui entraverait le difficile contrôle de son espace national. Dès les premiers jours de la République Helvétique, elle impose ses règles.

Gérer la circulation des personnes et des idées

Intervention de la France

Le 1er mai 1798, le commissaire du gouvernement auprès de l’armée française en Helvétie, François-Philibert Le Carlier, exige l’expulsion des émigrés français qui circulent en Helvétie, sans papiers de légitimation, ou à la faveur de passe-ports étrangers acquis illégalement. Quinze jours plus tard, la France 1  réclame un contrôle généralisé de « tous les étrangers non domiciliés en Suisse » et l’arrestation des personnes en situation irrégulière par des mesures « les plus promptes et les plus secrètes ». Le directoire helvétique s’exécute. Et face aux réticences exprimées par les préfets quant à la légitimité des mesures exigées, il estime ne pas avoir de compte à leur rendre.

Pourtant, la France s’irrite des lenteurs dans l’exécution des ordres ; et elle menace d’intervenir militairement pour expulser les « ennemis de la France et de l’Helvétie ». La France entend également maîtriser l’accès à son territoire.

Sans attendre, ni consulter le Directoire, le commissaire civil français Rapinat prend le 26 mai un arrêté introduisant l’obligation du passe-port et du visa pour « l’ensemble des voyageurs. Son but:

[…] d’empêcher que des étrangers, des suspects, des gens sans aveu, ou même des Français et des Suisses n’entrent ou ne sortent du territoire helvétique, y séjournent ou y voyagent, sans qu’ils ne soient à même de justifier de leur qualité, origine et profession 2.

Le passeport était connu dans les ci-devant cantons. Mais il revêt une fonction nouvelle. Il devient un instrument de maîtrise des déplacements dans l’espace républicain et conjointement celui de contrôle de l’appartenance et de la présence légitimée à cet espace. La qualité de national n’est plus un critère offrant une garantie suffisante.

L’arrêté met en place une lourde procédure, hiérarchisée et uniformisée visant à identifier, contrôler et surveiller.

L’exécution des mesures est confiée aux autorités constituées de la République helvétique, mais avec le soutien actif et sous contrôle de la force armée et du chargé d’affaires français en Helvétie. Elle engage la responsabilité personnelle des commandants de place et des postes militaires. La surveillance policière des voyageurs, jusqu’alors exercée par les autorités municipales, est assimilée à une mesure de temps de guerre nécessitant des instances d’exception. A chaque étape de son itinéraire, les voyageurs sont contrôlés. En outre, les passeports des personnes souhaitant voyager en France doivent être visés par le chargé d’affaire français. Les étrangers démunis de passe-ports ou suspectés d’utiliser de faux papiers seront immédiatement soustraits aux autorités civiles et déférés devant les autorités militaires.

Le ministre de Justice et Police helvétique proteste avec véhémence contre l’atteinte porté à l’autorité nationale. Il juge inadmissible de voir les concitoyens et les autorités constituées « menacées par des conseils de guerre et par l’établissement d’un régime militaire. »

Le Directoire helvétique proteste, mais il n’a pas le courage de s’opposer à Rapinat, il doit ménager la France. En outre, une partie des autorités helvétiques estiment que les législateurs auraient dû s’occuper plus tôt des passeports.

La loi sur les passeports du 25 juillet 1798

Dans les faits, le Directoire manifeste des réactions d’autorité, mais pas de fonds, sur une politique dont il partage les objectifs. Les exigences de la France lui permettent de contrôler non seulement les étrangers mais « les indigènes qui circulent en Helvétie, souvent avec des intentions contraires à la tranquillité et à l’ordre public ».

En juillet 1798, le Directoire helvétique fait acte d’autorité. Il passe outre le Sénat, et il soumet au Grand Conseil un projet rédigé de loi sur les passeports. Il réclame l’urgence, mais ne juge pas utile de motiver longuement une proposition qui a été « concertée pour ce qui regarde l’armée avec le Commissaire du gouvernement français » et sur laquelle Rapinat s’est préalablement exprimé

La loi impose l’obligation du passeport pour tous les étrangers entrant en Helvétie et pour tous les habitants sortant de l’Helvétie. La loi légitime en outre l’intervention de la France dans l’octroi des passeports, ainsi que l’obligation du visa pour se rendre en France. En vain, certains députés ont demandé que la Police helvétique soit indépendante des autorités françaises. En revanche, le ministre de Justice et police refuse d’instaurer des passeports intérieurs. La Constitution a aboli les frontières entre les cantons. Une telle mesure renforcerait les tendances fédéralistes.

Le projet du Directoire est une mesure de police des étrangers, mais qui traite également des citoyens suisses. La légitimation de l’ingérence de la France dans un acte qui devrait relever de la souveraineté nationale heurte de nombreux députés. La loi est votée non sans réticence comme mesure provisoire. Pour autant, les options relatives aux passeports s’inscrivent dans une volonté globale du Directoire d’assurer son autorité et de lutter contre les menées contre-révolutionnaires soutenues par les émissaires étrangers.

Comme le souligne Frédéric César de La Harpe, en août 1798 :

Le pays est désorganisé sur le plan intérieur. « […] le premier de nos besoins comme le premier de nos devoirs et de nous occuper exclusivement des moyens d’affermis notre révolution, qui a pour ennemis tous les anciens gouvernants et leurs clients, tous les grands propriétaires, une partie du clergé protestant et le clergé catholique, les privilégiés de toutes les espèces, les paysans fanatisés des montagnes, et ceux qui ont souffert de la guerre ». 3

Pour La Harpe, le temps n’est plus à l’indulgence, à la générosité envers les individus qui oeuvrent à entraver la marche du gouvernement.

« Je vois arriver le moment où nous serons forcés de marcher sur les traces du Comité de salut public pour sauver la patrie. »

Dans cette perspective, la pression française en matière d’asile sert également les objectifs du Directoire.

La présence d’individus suspects contredit la politique d’intégration, d’intérêt public et de défense nationale engagée par le nouveau régime. Dès lors, la politique de l’asile, et plus globalement la gestion de la mobilité va procéder essentiellement d’un contrôle des personnes. La France, qui cherche en vain à empêcher la circulation de la propagande antirévolutionnaire se montre pressante.

En août 1798, dans le controversé traité d’alliance défensif et offensif imposé par la France,

« Les deux Républiques s’engagent réciproquement à ne donner aucun asile aux émigrés ou déportés de chaque Nation. » (art. 14)

Au cours de l’automne 1798, le Directoire obtient des pouvoirs extraordinaires pour adopter les mesures les plus énergiques contre les « émissaires et les agitateurs étrangers et de l’intérieur » et leur propagande séditieuse

Au cours du mois de décembre, face aux menaces liées à la formation de la Deuxième coalition, le ministre français Henri-François Perrochel exige du Directoire helvétique la révocation de tous les passeports délivrés aux étrangers. Leurs renouvellements sont soumis à des conditions drastiques et à la preuve d’un séjour légitime. Puis, Perrochel exige et obtient du Directoire qu’il promulgue un arrêté d’expulsion à l’encontre des émigrés qui ne peuvent apporter la preuve de leur radiation définitive des listes d’émigrés

En janvier 1799, c’est le ministre de la justice Meyer qui prend l’initiative de resserrer le contrôle autour des étrangers, pour distinguer les amis des ennemis.

« Il y a des moments où la sûreté publique et le maintien du Gouvernement exigent une surveillance plus exacte sur ceux qui peuvent avoir un intérêt à les troubler. Sans doute qu’il est un principe d’hospitalité, de générosité même qu’un peuple doit témoigner aux étrangers. Mais il est aussi des cas où un étranger peut abuser de ce principe et qui, attaché à un autre ordre de choses et à un intérêt différent entre dans un pays comme un ennemi. Il s’agit de distinguer les amis des ennemis, ceux qui ont des affaires et sont appelés par des relations de commerce, d’industrie et d’autres motifs que la civilisation et l’humanité approuvent d’avec ceux qui sont venus par des intérêts discordants […] des ennemis de la liberté et des passions haineuses par lesquelles ils portent le trouble dans le sein de la société et jettent un peuple confiant et simple dans un abîme de calamités ». 5 

Dès lors, la protection de l’Etat se fonde sur un nouveau triptyque : identification, arrestation, expulsion. Le printemps 1799 est celui des mesures d’urgences et d’un durcissement de la politique sécuritaire. Le 31 mars, la loi rétablit la peine de mort contre les contre-révolutionnaires, qu’ils soient helvétiens ou étrangers. Un Code pénal est promulgué le 4 mai ; il s’inspire largement du Code pénal français de 1791. Le Directoire exige l’instauration de tribunaux militaires pour juger les « ennemis intérieurs de la République ».

En mai, le contexte des insurrections populaires et de la deuxième guerre de coalition, offre au Directoire une bonne occasion d’introduire des contrôles de la mobilité entre cantons et districts par l’introduction de passeports intérieurs. Une mesure qu’il avait pourtant rejetée. Conjointement, l’extension de la notion de sécurité aux espaces économique et social se développe pour surveiller notamment le commerce ambulant et les personnes sans domicile fixe, suspecte de vagabondage.

A plusieurs reprises, le Directoire est interpellé sur la « trop grande facilité » avec laquelle des « individus d’une intention équivoque» obtiennent sans faire la preuve de leurs intentions des passe-ports, au moyen desquels ils peuvent sillonner le territoire helvétique et se rendre où bon leur semble. ».

Paradoxalement, le gouvernement français est montré du doigt. De nombreux étrangers indésirables sillonneraient les pays à la faveur de passe-ports souvent falsifiés ou accordés trop généreusement par les autorités françaises. De fait, le système français fonctionne mal.

Globalement, la France encourage la politique du Directoire helvétique et le chef des armées françaises, André Masséna, se dit satisfait :

« Les mesures prises jusqu’à ce jour par le Directoire helvétique mettent en évidence la ferme résolution de gouverner d’une manière forte et sévère, et de s’unir à la France pour la cause commune. Je ne négligerai rien pour seconder des intentions aussi pures et pour l’aider de tous mes moyens ». 6

Quelle est la portée de cette politique sécuritaire mise en place entre avril 1798 et l’été 1799 ?

Les lois mises en place pour le contrôle de la mobilité restent sans grands effets, l’administration de la République n’a pas les moyens administratifs et financiers de leur application efficace. En outre, elles suscitent des réticences en raison des problèmes qu’elles génèrent pour les habitants de zones « frontières » et pour le commerce. La ligne de démarcation entre la liberté civile et la sûreté publique est difficile à tracer. Avec la Médiation et le retour au fédéralisme, les cantons recouvrent leur souveraineté en matière de contrôle de la mobilité.

 

1 Le 15 mai, le chargé d’affaires français Joseph-Nicolas Mengaud

2 ASHR, I, n° 163, Instructions de Rapinat, commissaire civil français, du 26 mai 1798, p. 1177.

3 Laharpe à De Bry, No 362, 10 août 1798, Correspondance de Frédéric-César de La Harpe sous la République Helvétique, Tome III, p. 53.

4 Laharpe à Monod, No 369. Aarau, 15 août 1798, Correspondance de Frédéric-César de La Harpe sous la République Helvétique, Tome III, p. 68.

5 AF, B 648, ministre de justice et police Meyer au Directoire exécutif, 27 janvier 1799, fol. 71

6 Chef des armées françaises Masséna à La Harpe, n° 469, Saint-Gall. 4 avril 1799 (M.-C. Jéquier, t. III, op. cit., p. 313

 

Alexandre Dafflon: Les ambassadeurs ordinaires du roi à Soleure (XVI – XVIII siècles) – Significations d’une présence continue

Alexandre Dafflon est archiviste paléographe et directeur des Archives de l’État de Fribourg.

Né à Fribourg, ancien élève de l’École nationale des chartes, Alexandre Dafflon a travaillé plusieurs année dans le domaine de l’histoire et des archives financières à Paris.

Il est depuis 2008 directeur des Archives de l’État de Fribourg. Depuis 2004, il a enseigné régulièrement aux Universités de Neuchâtel et Fribourg.

Auteur d’une thèse de l’École des chartes consacrée à l’Ambassade de France en Suisse au début du XVIIIe siècle, il continue à s’intéresser à l’histoire des relations internationales. En 2014, il a publié à Soleure une petite histoire de l’Ambassade du Roi près les cantons suisses (XVIe – XVIIIe siècles). En 2015, il a édité, en collaboration, des journaux personnels tenus par deux Suisses au Congrès de Vienne.

Il co-organise le colloque-frère du 30 novembre 2016 à Fribourg, consacré également à la Paix perpétuelle de 1516.

«Si j’exécutois ce que je me suis proposé de faire, qui est de vous donner une espèce de description de chaque canton, je crois qu’il faudroit que je regardasse la maison de M. de Puyzieulx comme un quatorzième canton, et que ce fust là le premier dont j’eusse l’honneur de vous parler […]. Cette maison est grande et nombreuse et ressemble plustost à une petite république qu’à une simple famille […]. Au milieu de toute la simplicité des mœurs suisses, la magnificence plaît au peuple, et accrédite extrêmement un ambassadeur.» (Lettre de Jean de La Chapelle à Colbert de Torcy, Soleure, 3 février 1706).

Dans ces lignes qu’il adresse au secrétaire d’Etat des Affaires étrangères, l’homme de lettres et « diplomate » Jean de La Chapelle met en évidence le poids de l’ambassade de France à Soleure dans le paysage politique et institutionnel de la Confédération des XIII Cantons. Il faut avouer que l’existence d’une ambassade permanente du roi de France auprès de ses alliés suisses, des lendemains de l’alliance défensive de Lucerne de 1521 jusqu’aux derniers mois de la monarchie en 1792, constitue un fait étonnant et singulier, si l’on considère l’asymétrie apparente entre les deux entités politiques et territoriales que sont la France et la Confédération. La Chapelle suggère aussi que, comme par un processus de capillarité ou de mimétisme, l’ambassade du roi s’est, au fil des siècles, adaptée au paysage institutionnel de l’ancienne Confédération, devenant un « quatorzième canton » et une « petite république ». Cette assertion peut intriguer sous la plume d’un agent de Louis XIV, probablement imbu de la supériorité des institutions de la monarchie française sur celles, complexes et anachroniques, des petites républiques cantonales. Il est vrai qu’en ce début de XVIIIe siècle, les relations et échanges entre les deux partenaires ont atteint une intensité et une régularité peu communes.

 

Les origines

La décision de François Ier de se faire représenter par un ambassadeur ordinaire auprès des cantons suisses date de 1522. Elle s’inscrit dans un contexte qui voit la France se doter de ses premiers postes extérieurs permanents auprès de puissances étrangères : Londres (1515), Rome (1516), Venise (1517), Lisbonne (1522) ou encore Constantinople (1536). Cette décision est naturellement liée au contexte de la guerre pour la possession du duché de Milan : étant parvenu à la paix et à une alliance avec les Suisses, le roi entend disposer d’un représentant permanent chargé d’entretenir des relations d’amitié, mais aussi de veiller à la mise en œuvre des clauses de paix et d’alliance, particulièrement la faculté de procéder à des levées de troupes dans les cantons à un moment où les positions françaises dans le Milanais sont plus que vulnérables. La présence d’un ambassadeur permanent répond donc, en premier lieu, à un contexte politico-militaire particulier, où les Suisses comptent encore comme une puissance militaire. Second aspect exigeant une présence permanente : les clauses financières des traités. Le roi est débiteur des Suisses du fait des sommes promises en 1516-1521, des pensions annuelles aux cantons et des emprunts effectués par la monarchie en Suisse. L’accumulation très rapide des dettes du roi à l’égard des Suisses constitue un sujet constant de négociations serrées avec les cantons et les particuliers. C’est là une des tâches centrales de l’ambassadeur. Il faut y ajouter une surveillance générale de ce qui se passe en Suisse, particulièrement dans les diètes des cantons, ainsi que l’activité des agents et envoyés des puissances concurrentes de la France, notamment ceux de l’empereur qui cherche, lui aussi, l’amitié des Suisses et leur concours militaire dans le conflit qui l’oppose à François Ier. Enfin, avec la permanence et la sédentarisation de l’ambassade du roi, cette dernière devient une plaque tournante dans la collecte de l’information, transmise à la Cour.

Le premier ambassadeur ordinaire nommé par François Ier auprès des Suisses est Louis Daugerant de Boisrigaut (1490-1555), désigné en octobre 1522, qui se signale par la durée inaccoutumée de sa mission, puisqu’il ne rentre en France qu’en juillet 1544. C’est au début de septembre 1530 que l’ambassadeur se fixe à Soleure et ce n’est qu’en 1552 que Sébastien de L’Aubespine (1518-1582), 7e ambassadeur ordinaire, obtient du Petit Conseil de la ville la location d’une aile du couvent des Cordeliers, où les ambassadeurs du roi demeureront jusqu’en 1792.

L’établissement d’une ambassade permanente constitue, de la part du roi, une reconnaissance quasi officielle de la souveraineté des cantons suisses, chose qui n’est pas acquise de jure en 1522, ni en 1552. Il ne s’agit donc pas d’une décision anodine. Cette décision prouve également que le roi estime nécessaire une relation continue avec ses alliés, marquée par des négociations à flux tendu et, probablement aussi, par une difficile mise en œuvre des traités.

 

Soleure, cité des ambassadeurs de France

Il est légitime de se poser la question du choix de Soleure comme résidence des ambassadeurs de François Ier « près les ligues de haute Allemagne », choix qui peut étonner au regard de la modestie de cette cité et de son rang discret dans la Confédération des XIII Cantons. La question de la pérennité du choix de 1530 se pose aussi.

Dans un « Mémoire sur la Suisse », rédigé peu avant la fin de son ambassade, soit vers 1707, le marquis de Puysieulx présente les avantages offerts par Soleure. Le premier est la situation géographique favorable au sein du Corps helvétique, qui permet au représentant du roi de gagner assez aisément les principaux centres politiques de la Confédération, que ce soit Baden, lieu de réunion de la diète des cantons, aussi bien que Berne, Zurich, Bâle ou Lucerne, ou encore les endroits où se réunissent les « diètes confessionnelles ». Le deuxième facteur touche à la sécurité des ambassadeurs. Soleure est une ville sûre. Ce qui fait dire au marquis de Puysieulx, en 1707, que la ville « est la seule de toute la Suisse qui soit fortifiée un peu régulièrement ». La sécurité des ambassadeurs du roi n’est pas un point négligeable. En effet, l’ambassadeur est le représentant personnel du roi et, en cette qualité, il doit impérativement éviter de se trouver dans des situations menaçant non seulement sa vie et celle de son personnel, mais aussi sa dignité, qui est en réalité celle du roi. Il convient donc de trouver une résidence où l’ambassadeur ne risque pas de se heurter à l’hostilité du gouvernement cantonal, de la population locale ou des représentants d’autres souverains. La troisième considération de Puysieulx porte sur les « formes adéquates » du gouvernement de Soleure, à savoir un régime patricien tendant vers l’aristocratie. Ce dernier est installé officiellement à la fin du XVIIe siècle, mais la concentration du pouvoir dans un nombre limité de familles représentées au sein du Petit Conseil est un processus déjà en cours au XVIe siècle. Les avantages pour les représentants du roi sont, d’une part une centralisation de la décision politique, d’autre part une certaine proximité idéologique avec les élites dirigeantes soleuroises, notamment dans la représentation de l’Etat et la pratique du pouvoir. Ce qui fait dire à Puysieulx que « pourvu qu’on soit assuré de cinq ou six des principaux de l’Etat, on est sûr des délibérations qui s’y prennent. » Enfin, Soleure a, dès l’alliance de Lucerne de 1521, constamment cultivé sa relation avec la France, particulièrement par le biais du service étranger. « [Ce canton] entretient plus de 3’000 hommes au service du roy, et c’est ce qui fait les richesses des particuliers qui servent presque tous pendant un certain temps et qui ne font aucun commerce. » Ainsi, l’ambassade du roi trouve à Soleure un point d’attache conforme à ses intérêts et à son bon fonctionnement.

Aux quatre arguments de Puysieulx, il conviendrait d’ajouter quelques considérations sur le positionnement de Soleure dans l’ancienne Confédération et sur les liens particuliers de ce canton avec la politique française en Suisse.

Avec Fribourg, Soleure occupe une place singulière au sein de la Confédération. Entrés dans cette dernière en décembre 1481, en dépit d’une forte opposition des cantons de la Suisse centrale, Soleure et Fribourg se sont vu imposer un statut spécial dans les rangs des cantons : les deux derniers arrivés sont contraint à une politique de neutralité dans les conflits internes à la Confédération ; de plus, ils ne peuvent contracter d’alliance qu’avec l’accord des huit anciens cantons et ne peuvent pas bénéficier systématiquement de l’appui militaire de ces derniers. Ce statut de « neutralité forcée » a pour conséquence le développement d’une politique modérée chez les dirigeants soleurois, qui est très manifeste à la veille de la bataille de Marignan. Le « pragmatisme politique » de Soleure continue à être patent après la paix de Fribourg, notamment dans la fracture confessionnelle. Comme Fribourg, Soleure, en dépit de sa fidélité à l’ancienne foi, se tient en retrait des deux guerres confessionnelles qui secouent la Confédération au tournant des années 1530 (guerres de Kappel en 1529 et 1531). Cette attitude ne peut que convenir à la France, dont l’intérêt bien senti est de maintenir la concorde entre les cantons face aux interventions très actives de l’Espagne et de l’Empire en faveur du camp catholique. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Soleure poursuit sa politique prudente : en 1587-1588, par exemple, bien que signataire de la Ligue d’or scellée par les cantons catholiques à Lucerne le 5 octobre 1586, Soleure refuse d’adhérer à l’alliance espagnole. Cette politique ne peut alors qu’être conforme aux objectifs de la diplomatie française en Suisse et militer pour un maintien à long terme de l’ambassade du roi à Soleure.

Il conviendrait de ne pas oublier également les liens assez étroits qui unissent, en cette première moitié du XVIe siècle, la ville de Soleure au comté de Neuchâtel, dont les souverains sont, depuis 1504, les princes d’Orléans-Longueville, cousins proches du roi de France. Un traité de combourgeoisie, renouvelé régulièrement, lie les comtes de Neuchâtel et Soleure dès 1369. En 1512, dans leur lutte contre Louis XII, les Confédérés se sont emparés du comté et l’occupent jusqu’en 1529, date de sa restitution à sa souveraine légitime, Jeanne de Hochberg, épouse de Louis d’Orléans-Longueville († 1516). L’ambassadeur du roi, Boisrigaut, assisté d’un ambassadeur extraordinaire, Jean Morelet du Museau, contribuent grandement à la restitution. A la faveur du lien de combourgeoisie et en raison d’intérêts fonciers et économiques dans la région, des Soleurois entrent au service des ducs d’Orléans-Longueville et occupent les fonctions de conseillers d’Etat et de gouverneurs du comté, bientôt érigé en principauté, en alternance avec des ressortissants fribourgeois, jusqu’à l’extinction des Orléans-Longueville en 1707. Ces mêmes Soleurois se voient attribuer des fonctions de secrétaires ou de secrétaires-interprètes à l’ambassade à Soleure. Cet « axe » Paris – Neuchâtel – Soleure ne s’incarne pas que dans les personnes, il prend également les traits de relations financières intenses. Soleure figure parmi les créanciers suisses les plus importants de la couronne. Celle-ci, toujours pressée d’opérer des levées d’hommes en Suisse, mais souvent incapable d’en assurer le financement immédiat, ne cesse de solliciter des crédits auprès des cantons amis. Soleure se trouve naturellement sollicitée et ne peut qu’entrer dans le jeu de la France en raison de l’importance du service capitulé pour son économie et si elle veut préserver la garantie de ses créances sur la couronne. Ainsi, en 1568, l’Etat de Soleure consent à la France le renouvèlement d’un prêt de 50’000 écus, hypothéqué sur l’héritage neuchâtelois des princes d’Orléans-Longueville. Les créances soleuroises s’accumulant, la Couronne étant mauvaise payeuse, Soleure voit ainsi nolens volens ses intérêts financiers étroitement soumis aux succès de la politique française.

 

La longue suite des ambassadeurs ordinaires

De 1522 à 1792, 45 ambassadeurs ordinaires du roi ont séjourné à Soleure (voir annexe). En tenant compte des périodes d’intérim et de vacance, cela représente une présence continue de 240 ans sur les 270 que constitue l’ensemble de la période. La durée moyenne d’une ambassade est de 5 ans et 4 mois, la mission la plus courte étant de 6 mois et la plus longue s’étendant sur 22 ans. La durée de l’ambassade n’est pas synonyme de succès, bien au contraire. Si celle de Boisrigaut s’explique par l’importance d’installer dans la durée les nouvelles relations entre la couronne et les Suisse après les traités de 1516-1521, ainsi que par l’urgence pour la France de recruter des troupes suisses, la durée des missions du marquis d’Avaray (amb. 1716-1726) et du chevalier de Beauteville (amb. 1763-1775) est plutôt le résultat de situations bloquées et d’une certaine apathie politique. Les missions courtes peuvent être décisives, si elles coïncident avec le renouvellement de l’alliance, comme c’est le cas pour la seconde ambassade de Jean de La Barde (amb. juin-décembre 1663) et la première du marquis de Vergennes (amb. avril-septembre 1777).

L’origine professionnelle des ambassadeurs se répartit comme suit : 12 militaires, 4 ecclésiastiques et 29 ambassadeurs issus de la robe ou ayant déjà accompli une carrière dans l’administration ou les relations extérieures. En suivant la chronologie des règnes, cette répartition se présente comme suit :

Règne Nombre Militaire Ecclésiastique Robe
François Ier (1515-1547) 3 2 1
Henri II (1547-1559) 6 2 2 2
François II (1559-1560)
Charles IX (1560-1574) 5 1 1 3
Henri III (1574-1589) 3 1 2
Henri IV (1589-1610) 4 4
Louis XIII (1610-1643) 5 5
Louis XIV (1643-1715) 8 2 1 5
Louis XV (1715-1774) 6 2 4
Louis XVI (1774-1792) 5 2 3
Totaux 45 12 4 29

On constate d’emblée la présence majoritaire d’individus issus de la noblesse de robe et de la magistrature, environ deux tiers, dont le nombre est important sous les règnes des Bourbons. L’élément militaire, présent au début de la période, s’estompe ensuite pour revenir, modérément, à la fin du règne de Louis XIV et sous celui de ses successeurs. Quant aux ecclésiastiques, ils sont peu nombreux, ce qui s’explique peut-être par le souci de la couronne de ne pas provoquer les cantons évangéliques. Du milieu du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle, le pouvoir royal puise ses ambassadeurs dans les rangs, de plus en plus nombreux, du personnel judiciaire et administratif.

Les réseaux familiaux et de clientèle politico-financière ne sont naturellement pas absents dans le recrutement des ambassadeurs. Le poste – bien que réputé exiger des reins solides au niveau des capacités financières – n’en est pas moins attrayant et lucratif. Sous le règne d’Henri II, le « clan » L’Aubespine-Bochetel-Morvilliers place quelques-uns des siens, tel Sébastien de L’Aubespine (amb. 1552-1554), frère de Claude, l’un des premiers secrétaires d’Etat, auquel succède son propre beau-frère, Bernardin Bochetel (amb. 1554-1558). Sous les règnes des derniers Valois et sous celui d’Henri IV, les Bellièvre figurent en bonne position avec Pomponne (amb. 1566-1571), son frère Jean (amb. 1573-1578) et, plus tard, Eustache de Refuge, gendre de Pomponne (amb. 1607-1611). Au XVIIIe siècle, d’autres « clans familiaux » investissent la place, avec les Voyer d’Argenson, représentés par le marquis de Courteilles (amb. 1738-1749), beau-frère de son successeur immédiat, Antoine-René Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (amb. 1749-1752), et les Chavigny-Vergennes auxquels se rattachent le chevalier de Chavigny (amb. 1753-1762) et le marquis de Vergennes (amb. 1777 et 1786-1789), frère aîné du comte de Vergennes (1719-1787), secrétaire d’Etat des Affaires étrangères et principal ministre de Louis XVI.

Au cours des 270 années étudiées émergent peu à peu des profils de carrière plus nettement ancrés dans les relations extérieures et dans ce que l’on n’appelle pas encore la « diplomatie ». Au XVIe siècle, les ecclésiastiques sont déjà des professionnels de la négociation, avec Sébastien de L’Aubespine, déjà chargé de missions extraordinaires en Suisse avant son ambassade, tout comme Bernardin Bochetel, négociateur en Angleterre (1550) et au Brandebourg (1554). La tendance se poursuit et s’intensifie au XVIIe siècle avec des laïcs étroitement mêlés aux négociations qui aboutissent aux traités de Westphalie, tels Jean de La Barde (première amb. 1648-1660), le marquis de Saint-Romain (amb. 1672-1676), dont toute la carrière a été « diplomatique » et son successeur, Robert Vincent de Gravel (amb. 1676-1684), lui aussi tout « diplomate ». Au siècle suivant, deux figures de « diplomate professionnel » émergent : le marquis de Bonnac (amb. 1727-1736), introduit dans la « carrière » par son oncle Usson de Bonrepaus, et le chevalier de Chavigny, qui passe sa vie dans des postes à l’étranger.

Que deviennent les ambassadeurs après leur séjour en Suisse ? Il en est quelques-uns qui meurent en poste, tels Guillaume du Plessis († 1550), Antoine Morelet du Museau († 1552), François Hotman († 1600), Michel Vialart († 1634) et Robert Gravel († 1684). Pour quelques-uns, l’ambassade de Soleure est le dernier poste occupé. C’est le cas de Jacques Le Fèvre de Caumartin (amb. 1641-1648), de Jean de La Barde, d’Antoine-Michel Tambonneau (amb. 1684-1689), des marquis de Puysieulx (amb. 1698-1708), d’Avaray et de Bonnac, du vicomte de Polignac (amb. 1777-1784). Dans les cas de militaires comme Avaray et Polignac ou dans celui de Bonnac, l’ambassade de Soleure apparaît comme une récompense après une carrière bien remplie dans les camps ou dans les postes à l’étranger.

D’autres poursuivent un parcours « diplomatique ». Au XVIe siècle, Sébastien de L’Aubespine, nommé évêque de Limoges, participe aux négociations des traités de paix de Cateau-Cambrésis (1559). Il en est de même du marquis de Sancy (amb. 1579-1582), qui, après son ambassade ordinaire, reviendra en Suisse à deux reprises, dont l’une pour négocier le renouvellement de l’alliance défensive (1601). Entre temps il aura participé activement aux négociations de la paix de Vervins (1598). Le marquis de Saint-Romain poursuit sa carrière « diplomatique », qui se termine au poste d’ambassadeur à Lisbonne (1683-1685). Il en est de même du marquis de Gournay (amb. 1689-1698), ambassadeur à Madrid (1705-1709), puis chargé de mission près le Saint-Siège (1714-1715), ou encore du marquis de Paulmy qui, après avoir été un éphémère secrétaire d’Etat de la Guerre (1757-1758), sera ambassadeur en Pologne (1759-1765) et à Venise (1766-1769).

Enfin, quelques grandes figures poursuivent leur carrière dans le cercle très rapproché de la personne du roi et occupent des fonctions éminentes au cœur de l’Etat monarchique. Pomponne de Bellièvre est nommé surintendant des finances par Henri III (1574-1588), puis chancelier de France par Henri IV (1599-1607) et Nicolas Brûlart de Sillery (amb. 1587-1597) est nommé garde des sceaux (1604-1607), puis chancelier (1607-1624). La seconde moitié du XVIe siècle et les premières années du XVIIe siècle sont marquées par un certain prestige de l’ambassade de Soleure dans le cursus honorum des serviteurs de la couronne.

Il conviendrait naturellement de replacer le poste de Soleure dans le développement général, lent, mais patent, des instruments de la « diplomatie » française à l’époque moderne. Si l’ambassade du roi près les cantons suisses se singularise sous bien des aspects, elle n’en est pas moins un poste extérieur parmi d’autres ; de plus, si son prestige est grand au XVIe siècle et lors du premier XVIIe siècle, ce dont atteste la qualité des hommes envoyés comme ambassadeurs, on peut penser qu’elle perd de son prestige et de son importance dans la seconde partie de l’époque étudiée. Enfin, si les ambassadeurs ordinaires représentent une face importante de la politique française en Suisse, il conviendrait évidemment de ne pas oublier que cette politique s’incarne aussi dans des ambassadeurs extraordinaires, ainsi que dans des envoyés, secrétaires et autres agents plus ou moins officieux. Il y a là un foisonnement que l’attention portée ici aux ambassadeurs résidants ne doit pas ignorer.

 

Le poids de l’ambassade du roi à Soleure

Dans un mémoire de l’an 1562, un « diplomate » français évoque, non sans un certain cynisme, la facilité avec laquelle l’ambassadeur contrôle la cité-Etat où il réside :

A Soleure, ils sont doux et aisez à gouverner et la demeure de l’ambassadeur luy donne moyen, par la cognoissance qu’il y a de tous les particuliers, d’y faire ce qu’il veut.

Au début du XVIIIe siècle encore, le marquis de Puysieulx se loue des bonnes dispositions de Messieurs de Soleure, qui ne sont cependant pas gratuites :

La résidence de l’ambassadeur contribue beaucoup à maintenir ce canton dans les bonnes dispositions où il est, et il sera toujours facile d’en obtenir ce qu’on voudra pourvu qu’on luy paye régulièrement les pensions et les gratifications que des particuliers y reçoivent tous les ans.

A la fin du XVIIIe siècle, Soleure demeure l’un des cantons les mieux lotis en matière de pensions, avec un versement officiel de 26’000 livres, une pension d’écoliers de 400 livres, des pensions particulières de 10’050 livres et des « pensions diverses » de 4’800 livres, soit un total de près de 41’000 livres annuelles. La première place dans le palmarès des cantons. Sans compter les revenus que constituent pour l’Etat de Soleure et l’oligarchie de ce canton la livraison des sels français, qui génère des revenus très lucratifs, ainsi que les dépenses faites par l’ambassade du roi sur les lieux mêmes de la résidence.

Les relations entre l’ambassade et Soleure se distinguent donc par une grande proximité et un beau fixe quasi permanent. Des « incidents diplomatiques » éclatent cependant, qui mettent en danger la dignité de l’ambassadeur. Citons, pour exemple, le triste sort réservé, au mois de septembre 1678, au suisse de l’ambassadeur Gravel par la milice de la ville, dont rend compte un secrétaire de l’ambassade au secrétaire d’Etat Arnaud de Pomponne :

A la fin du mois de septembre […], la patrouille qui alloit, la nuit, pour empêcher les désordres, ayant rencontré entre neuf et dix [heures] le suisse de M. de Gravelle, qui retournoit de la poste, le maltraita sans sujet de paroles, auxquelles ayant répondu un peu fortement, il se trouva incontinent chargé de coups et contraint, pour éviter pis, de se sauver jusqu’à la porte du palais de l’ambassadeur, laquelle n’ayant pu ouvrir assez promptement, il en fut maltraité derechef et même en quelque danger. Ce que M. de Gravel ayant seu le lendemain, il en fit faire ses plaintes au conseil et témoigna qu’il désiroit absolument une satisfaction convenable à l’injure qu’il prétendoit luy avoir été faite par cette action. Comme il étoit question du châtiment de trois ou quatre bourgeois, qui en étoient les autheurs, le conseil se trouva fort en peine […]. Enfin les coupables, malgré la protection de leurs parens et de leurs amis, furent bannis de la ville […] et de tout l’Estat. Il y eut de plus un décret par lequel il fut ordonné à tous les chefs des confrairies […] de respecter l’ambassadeur et sa suite et de se rendre digne de l’honneur que leur faisoit la Couronne de France d’y entretenir un depuis un si long temps, par préférence à tous les autres cantons […].

Voici, parmi quelques autres, un épisode périlleux, qui finit à l’avantage de l’ambassadeur, mais qui ne laisse pas de mettre à mal son prestige, celui de sa maison et, en définitive, celui du roi.

Dans un registre plus badin, les Français ne manquent pas de se moquer de la balourdise et du manque d’élégance des Suisses, et des Soleurois en particulier. La Chapelle, déjà cité, nous en fournit un exemple. Dans une lettre du 27 janvier 1707 à Colbert de Torcy, il narre avec ironie son arrivée à Soleure et sa réception par le gouvernement de la ville. Son récit met en évidence les limites de la bonne compréhension entre Français et Soleurois.

Les seigneurs de Soleure m’ont envoyé haranguer par leur secrétaire d’Etat. La plupart d’entre eux sont venus chacun en particulier me faire leur harangue. Ici rien ne va sans harangue. M. de Pourceaugnac disait qu’il pleuvait à Paris des lavements et des femmes. En Suisse, il pleut des harangues et des harangueurs. Hier, le grand sautier me fut envoyé, vêtu de robe noire, portant une espèce de baudrier noir garni d’argent, et suivi de plusieurs casaquins rouges, qui apportaient le présent de l’Etat. La troupe entra gravement dans ma chambre. Le grand sautier entonna une belle et longue harangue en allemand. Je n’avais pour interprète, et même pour tout cortège, qu’un laquais basque, ne sachant autre langue que le basque. Il roulait de grands yeux, croyant voir un magicien qui faisait des conjurations. Je lui répondis en latin aussi longtemps qu’il avait parlé en allemand. Heureusement, il n’entendait pas plus le latin que moi l’allemand, et comme il vit que nous étions à deux de jeu, il s’humanisa, me parla français, et nous nous séparâmes fort contents l’un de l’autre. Une heure après, l’aventure fut publique dans la ville et me fit beaucoup d’honneur. Les conseillers d’Etat assemblés ce matin pour leurs affaires ont ri de tout cœur, et m’ont fort applaudi.

Au-delà de ces épisodes qui démontrent que la vie des agents du roi à Soleure n’est pas absolument de tout repos, il convient de mettre en évidence le fait que le représentant du roi cherche à entretenir au sein de la cité un « parti français », un peu comme aux beaux jours des guerres d’Italie les puissances européennes (France, Papauté, Empire) comptaient des partisans dans les cantons. On a longtemps assimilé ces partis à des familles des patriciats locaux. Au début du XVIIIe siècle, le « parti français » à Soleure reposerait principalement sur une famille du patriciat, les Besenval, qui tiennent le haut du pavé. Arrivés du Val d’Aoste à Soleure, via Augsbourg, dans les premières décennies du XVIIe siècle, ils ont fait une ascension sociale fulgurante, grâce à deux canaux étroitement liés aux relations franco-suisses : le service de France d’une part, le monopole du commerce du sel français d’autre part. Ils ont aussi su s’allier avec les familles puissantes du cru. Les rivaux des Besenval seraient les Roll, l’un des plus anciens lignages soleurois, entré dans la noblesse d’Empire dès 1431 et installé dans la cité à la fin du XVe siècle. Peut-on considérer les Roll comme les animateurs d’un « parti anti-français » ? Certes, dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du siècle suivant, l’avoyer Johann Ludwig von Roll von Emmenholz (1643-1718) fait figure d’opposant principal à la politique française à Soleure, principalement à la suite du licenciement de sa demi-compagnie au régiment des Gardes suisses (1661), et probablement aussi du fait de ses liens avec son cousin Karl Konrad von Beroldingen (1624-1706), colonel au service d’Espagne, proche de l’ambassadeur d’Espagne en Suisse, Carlo Casati. Mais ses positions demeurent relativement marginales au sein de la République soleuroises et si, en 1715, Roll combat le renouvellement de l’alliance avec la France, sa disparition, trois ans plus tard, marque l’échec d’une politique anti-française à Soleure. De plus, les relations de l’ambassade avec les « clans familiaux » ne manquent pas d’être ambiguës, comme en atteste les nombreux mémoires et listes des membres des principales familles de la ville, contenant des considérations – souvent assez obscures et contradictoires – sur le caractère des individus, leurs intérêts personnels et familiaux, leur position quant à la France et aux autres puissances. Si des « clans familiaux » existent, ils sont souvent traversés par des intérêts divergents et aléatoires du fait des liens étroits unissant les familles les plus importantes de la république, qui pratiquent une endogamie assez généralisée. Par ailleurs, les personnalités identifiées par l’ambassade comme amies ou ennemies de la France ont généralement l’habileté de ne pas « mettre tous leurs œufs dans le même panier ».

Il n’en demeure pas moins que les Besenval dominent à Soleure jusqu’en 1723, date à laquelle les effets conjugués de l’héritage empoisonné de la politique louis-quatorzienne, de la banqueroute de la banque La Chapelle et de la faillite du Système de Law en France, provoquent la chute de la maison et une ruine – toute relative – du « parti français ». En 1723, la désignation de deux nouveaux avoyers et de leurs remplaçants dans les charges de bannerets donne lieu à une lutte d’influence entre les Besenval et leurs adversaires. Ce sont ces derniers qui parviennent à leurs fins : les Besenval et leurs amis sont écartés des plus hautes fonctions de la République. L’affaire dégénère dans la violence, puisqu’elle se termine par un duel mortel. La défaite des Besenval et de leurs amis semble être non seulement celle d’un « clan » dont le destin est lié à la France, mais aussi celle du « parti absolutiste ou aristocratique » à Soleure.

De son hôtel des ambassadeurs, le marquis d’Avaray assiste à la crise politique, sans pouvoir intervenir activement :

[…] on n’entend parler que de changements, de brigues et de cabales, dont les suites ne sauroient être que très fâcheuses et qui donnent lieu de craindre de plus grands désordres dans ce canton. J’ai tâché jusqu’à présent de porter les esprits à l’union et, malgré le triste événement de la mort du jeune Besenval, qui vient d’arriver et qui va encore augmenter l’animosité des deux partis, j’espère de parvenir à empêcher que les intérêts de Votre Majesté n’en souffrent.

Ce fragment de correspondance met en évidence le rôle de temporisateur et de médiateur que l’ambassadeur du roi tente de jouer dans les conflits internes au sein de la petite république. Ce faisant, il s’efforce de préserver également la dignité et les intérêts de la couronne, en évitant de s’impliquer trop ouvertement en faveur d’un « clan ». Il en résulte une certaine impuissance. La crise de 1723, si elle écarte les Besenval des affaires de la cité, ne rompt pas brutalement la relation privilégiée des élites soleuroises avec l’ambassade de France. Si les investissements financiers soleurois au bénéfice de la couronne sont désormais consentis de manière plus prudente et modérée, les Soleurois sont parfaitement conscients des avantages financiers et politiques que sous-tendent de bonnes relations avec l’ambassade et la politique clientéliste de cette dernière.

 

La remise en cause d’une « tradition »

Après 1750, il semble que les pratiques et traditions de la « diplomatie » royale en Suisse subissent une certaine remise en question. Sans doute les échecs répétés dans les démarches entreprises pour renouveler l’alliance avec tous les cantons, ainsi que le progrès des Lumières, souvent critiques à l’égard des méthodes de la « diplomatie » des monarques, n’y soient pour quelque chose. Une « Note sur la Suisse » de 1767 va jusqu’à remettre en cause l’existence d’une ambassade de premier rang à Soleure et relativise l’intérêt des pensions et avantages financiers accordés aux cantons.

[…] il paroitroit […] plus qu’inutile d’entretenir constamment un ambassadeur en Suisse, ce qui ne sert guère qu’à rendre les Suisses plus intrigants et plus présomptueux en leur faisant imaginer que la France a le plus grand besoin d’eux. […] [il suffirait] d’avoir un résident à Soleure et des correspondans sûrs et intelligens dans tous les cantons […].

[…] l’argent immense que le Roy répand en Suisse est presque en pure perte, les Cantons qui reçoivent des pensions étant accoutumés depuis longtemps à les regarder comme une chose due et s’embarrassant fort peu de tenir les engagemens qui en sont le prix.

La monarchie française ne revient pourtant pas sur ses principes, bien que l’alliance renouvelée en 1777 avec tous les cantons le soit dans un esprit fort différent de celui des précédents renouvellements. Les préoccupations de la France sont désormais éloignées des cols alpins et de la lutte séculaire contre l’ennemi héréditaire, la Maison d’Autriche. Les enjeux de la politique internationale sont davantage situés sur les mers et dans les colonies et l’équilibre des puissances rend moins précieuse l’alliance des Suisses. C’est la Révolution qui fera disparaître l’ambassade de Soleure, mais qui, dans le même temps, va réveiller l’intérêt de la France pour son petit voisin oriental. Dans les conflits continentaux qui vont traverser l’Europe jusqu’à la chute de l’Empire napoléonien, la Suisse sera à nouveau l’objet d’une attention toute particulière de la part de Paris. Parallèlement, et de manière lente et laborieuse, l’émergence d’un droit public international reposant sur des principes et règles nouveaux permettra à une Suisse nouvelle de naître et de se développer sous la garantie des puissances européennes. Mais ceci est une autre et très longue histoire…

Il est indéniable que l’ambassade du roi à Soleure a constitué un instrument essentiel des relations entre la couronne et les Confédérés durant un peu moins de trois siècles. Ces relations sont marquées par un déséquilibre évident entre un Etat territorial qui développe son administration et la centralise et une confédération de micro-Etats à l’organisation politique extrêmement complexe, dénuée de centre politique fort. On dit que les Suisses, divisés et impuissants, ont été placés sous la puissance protectrice de la France. Protection est-elle alors synonyme de protectorat ? Si la relation entre la France et les Suisses a été très forte à travers toute l’époque moderne, elle ne fut pas l’unique relation des cantons avec l’extérieur. Ces derniers ont tissé des liens avec l’Empire, l’Espagne, la Saxe, le Piémont, les Provinces-Unies ou encore l’Angleterre, en fonction de leurs intérêts et des réalités conjoncturelles et géopolitiques du moment. Par ailleurs, ils ont parfois su jouer sur plusieurs tableaux et utiliser les rivalités des grandes puissances pour mieux défendre leurs propres intérêts. S’ils acceptaient un certain interventionnisme de la France dans les affaires intérieures, ils surent aussi en tirer des bénéfices non négligeables. Surtout, nolens volens, ils durent ou surent se maintenir en dehors de l’état de guerre permanent qui marqua ces trois siècles d’histoire de l’Europe, tout en exportant leurs soldats dans le service étranger. Ces attitudes – qui peuvent certes être jugées mesquines et peu glorieuses – relèvent ce que des historiens ont récemment baptisé les « ressources des faibles » ou comment survivre et exister dans un monde où c’est la force armée, la centralisation du pouvoir et la puissance territoriale qui commandent.

Alexandre Dafflon

 

Annexe

Liste des ambassadeurs ordinaires du roi près les cantons suisses

(1522-1792) [1]

  1. Louis Daugerant, seigneur de Boisrigaut (1490-1555) xi.1522 – vii.1544
  2. Antoine Morelet du Museau († 1552, Bâle) iii. – xi. 1546
  3. Guillaume du Plessis, seigneur de Liancourt (1491 – † 1550, Soleure) ii. – x. 1547
  4. Louis Daugerant, seigneur de Boisrigaut (1490-1555) ix.1547 – vii.1548
  5. Guillaume du Plessis, seigneur de Liancourt (1491 – † 1550, Soleure) i.1549 – xi.1550
  6. Antoine Morelet du Museau († 1552, Bâle) ii.1551 – x.1552
  7. Sébastien de L’Aubespine, abbé de Basse-Fontaine (1518-1582) xi.1552 – x.1554
  8. Bernardin Bochetel, abbé de Saint-Laurent († v. 1570) x.1554 – v.1558
  9. Mathieu Coignet (1514/1515-1586) v.1558 – viii.1562
  10. Diègue de Mandosse viii. – xii.1562
  11. Nicolas de La Croix, abbé de Saint-Pierre d’Orbais iii.1563 – iv.1564
  12. Pomponne de Bellièvre (1529-1607) iii.1566 – i.1571
  13. François Gaudart i.1571 – ii.1573
  14. Jean de Bellièvre, seigneur de Hautefort (1524-1584) iii.1573 – xii.1578
  15. Nicolas de Harlay, marquis de Sancy (1546-1629) ii.1579 – v.1582
  16. Henri Clausse, seigneur de Fleury viii.1582 – v.1586
  17. Nicolas Brûlart, marquis de Sillery (1544-1624) viii.1587 – vi.1597
  18. François Hotman, seigneur de Mortefontaine († 1600, Soleure) vii.1597 – v.1600
  19. Méry de Vic (1553-1622) viii.1600 – i.1605
  20. Louis Le Fèvre, seigneur de Caumartin (1552-1623) i.1605 – iii.1607
  21. Eustache de Refuge (1564-1617) v.1607 – ix.1611
  22. Pierre de Castille (v. 1581-1629) xii.1611 – iv.1616
  23. Robert Miron (1570-1641) xi.1617 – vi.1627
  24. Michel Vialart († 1634, Soleure) iv. – x.1634
  25. Blaise Méliand († 1661) iii.1635 – vii.1640
  26. Jacques Le Fèvre, seigneur de Caumartin († 1667) i.1641 – i.1648
  27. Jean de La Barde marquis de Marolles (1602-1696) i.1648 – xii.1660
  28. Jean de La Barde (1602-1696) vi. – xii.1663
  29. Melchior de Harod de Sévenas, marquis de Saint-Romain (1611-1694) xi.1672 – ii.1676
  30. Robert-Vincent de Gravel (1616 – † 1684, Soleure) ii.1676 – vi.1684
  31. Antoine-Michel Tambonneau (1636-1719) xii.1684 – i.1689
  32. Michel-Jean Amelot, marquis de Gournay (1655-1724) i.1689 – iv.1698
  33. Roger Brûlart, marquis de Sillery et de Puysieulx (1640-1719) iv.1698 – vi.1708
  34. 34 François-Charles de Vintimille, comte du Luc (1653-1740)  ii.1709 – vi.1715
  35. Claude-Théophile de Bésiade, marquis d’Avaray (1655-1745) xi.1716 – x.1726
  36. Jean-Louis d’Usson, marquis de Bonnac (1672-1738) xi.1727 – x.1736
  37. Jacques-Dominique Barberie, marquis de Courteilles (1696-1767) iii.1738 – iv.1749
  38. Antoine-René Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787) vi.1749 – iii.1752
  39. Anne-Théodore Chevignard, chevalier de Chavigny (1687-1771) vi.1753 – vi.1762
  40. Pierre Buisson, chevalier de Beauteville (1703 – † v. 1792, Lausanne) x.1763 – vii.1775
  41. Jean Gravier, marquis de Vergennes (1718-1794) iv. – ix.1777
  42. Louis-Héraclius Melchior, vicomte de Polignac (1717-1802) xii.1777 – vi.1784
  43. Jean Gravier, marquis de Vergennes (1718-1794) v.1786 – iii.1789
  44. Charles-Olivier de Saint-Georges, marquis de Vérac (1743-1828) viii.1789 – v.1791
  45. Balthasar-François Barthélemy (1747-1830) i.1792 – v.1797

[1]   La version imprimée de la présente contribution comportera des notices biographiques succinctes des ambassadeurs ordinaires du roi en Suisse.

Prof. Dr. André Holenstein: Les fruits de la paix et les effets du géopolitique. Echanges économiques entre la France et le Corps helvétique à l’époque moderne

L’auteur est professeur ordinaire en histoire suisse et histoire régionale comparative à l’université de Berne.

Doctorat en histoire moderne générale de l’Université de Berne (1989) avec une thèse sur le rôle du serment dans les relations politiques au bas moyen âge et à l’époque moderne. Habilitation à la faculté des lettres de l’Université de Berne (2001) avec l’étude  « Bonne police et société locale dans l’état d’ancien régime ». Nommé professeur ordinaire en histoire suisse et histoire régionale comparative et directeur de l’institut d’histoire à l’Université de Berne (2002). Conseiller scientifique pour le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) (2002-2014). Membre du comité de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) (2013). Co-auteur de l’ouvrage collectif “Die Geschichte der Schweiz” (Bâle 2014). Auteur du livre “Mitten in Europa. Verflechtung und Abgrenzung in der Schweizer Geschichte” (2014, 2e éd. 2015).

Ce fut François Ier, bien sûr, qui gagna la bataille de Marignan les 13 et 14 septembre 1515 contre les contingents des cantons suisses. Toutefois le traité de Paix perpétuelle conclu à Fribourg le 29 novembre 1516 entre les deux partis belligérants pourrait plutôt faire croire que les Confédérés suisses étaient sortis vainqueurs de la bataille. En effet, ce traité était « exceptionnellement favorable pour les vaincus ». [1] Si les Confédérés abandonnaient leurs prétentions à la domination du duché de Milan, ils obtenaient en contrepartie le versement de 700’000 écus à titre d’indemnité. De la sorte le roi remboursait les Confédérés des frais de leurs campagnes militaires de Dijon et de Milan, menées toutes les deux contre la France respectivement en 1513 et en 1515. Le roi proposait 300’000 écus de plus si les Suisses et les Grisons lui rendaient les anciens territoires milanais au Tessin et en Valteline qu’ils avaient occupés en 1512. En plus, la Paix perpétuelle renouvelait les privilèges commerciaux accordés dès le 15e s. aux marchands suisses pour le duché de Milan et les foires de Lyon. Ensuite les deux parties accordaient mutuellement à leurs ressortissants la liberté de commerce et de trafic. Finalement, la France assurait à chaque canton, ainsi qu’à leurs alliés du Valais et des III Ligues des Grisons, une pension annuelle de 2000 francs. Cinq ans plus tard, en 1521, tous les cantons à l’exception de Zurich conclurent une alliance avec le roi de France. Cette alliance lui accorda le droit de recruter plusieurs milliers de mercenaires suisses pour la défense du Milanais et du royaume de France. De l’autre côté, elle garantit aux cantons l’approvisionnement en sel français à un prix modéré en temps de pénurie. [2]

L’alliance de 1521 consacra ainsi le rapprochement de deux partenaires très inégaux qui à l’époque n’étaient pas encore voisins. La manière, dont François Ier traita les Confédérés, trahit l’intérêt de la Couronne de France à un rattachement stratégique du Corps helvétique. Moyennant faveurs et privilèges elle tint à nouer des liens d’amitié, voir de dépendance avec les cantons afin de s’assurer le contrôle aussi exclusif que possible du Corps helvétique. Les traités de 1516 et de 1521 devinrent par la suite « la pierre triangulaire » (G. Livet) des rapports politiques entre les cantons et la France, qui allaient perdurer jusqu’à leur annulation par l’Assemblée nationale en 1792. La longue durée de ce voisinage stratégique s’explique notamment par l’échange de ressources économiques et financières entre les deux alliés.

Mon intervention tracera les lignes principales de ce transfert de ressources qui allait bien au-delà d’un service militaire qui, contrairement à ce qu’une certaine tradition de l’histoire nationale suisse a voulu insinuer, était bien plus qu’un „service étranger“. Bien au contraire, tout au long de l’époque moderne les rapports économiques et financiers entre la France et le Corps helvétique exercèrent une influence considérable à l’intérieur du Corps helvétique. A long terme, la dépendance des Confédérés à l’égard de la France priva même la majorité des cantons d’une alternative stratégique. Ainsi, ils durent accepter bon gré, mal gré les nombreuses transgressions des capitulations militaires opérées par les rois de France, notamment sous Louis XIV. Aussi durent-ils renoncer au payement de l’arriéré de pensions ou encore au remboursement des crédits que les rois avaient contracté en Suisse dès le milieu du 16e s. [3]

Pourquoi les rois de France s’intéressèrent-ils aux cantons suisses ? L’importance géostratégique de la Ligue des cantons helvétiques s’accentua avec les guerres de Bourgogne (1474-77). A cette occasion les guerriers suisses démontrèrent leur force militaire contre Charles le Téméraire – force dont les rois de France voulaient se servir à l’avenir contre leurs ennemis. Ensuite les guerres de Bourgogne créèrent une nouvelle situation géopolitique. Les Habsbourg héritèrent de la plupart des territoires bourguignons en Franche-Comté et dans les Flandres. Avec l’accession des Habsbourg au trône d’Espagne se paracheva le traumatisme des rois de France, qui dès lors virent leur royaume encerclé par la grande dynastie rivale. Le Corps helvétique, quant à lui, se retrouva situé entre deux grandes puissances, ce qui lui attribua un rôle clé aussi bien comme état tampon qu’allié convoité. Désormais, l’objectif stratégique des rois de France vis-à-vis du Corps helvétique ne se limita non seulement à s’assurer l’amitié exclusive des Confédérés, mais aussi à veiller à ce que ceux-ci ne se rapprochent pas trop de l’Empereur et de ses alliés.

C’est dans ce cadre politique et stratégique qu’il s’agit de placer la circulation des biens et des personnes prévue par les traités de 1516 et 1521. Les investissements économiques et financiers réalisés par les rois de France au profit des cantons suisses visèrent à pérenniser l’attachement du Corps helvétique à la Couronne de France. Dans la longue durée, cette politique sera couronnée de succès, notamment grâce aux efforts de l’envoyé français qui résidait à Soleure depuis 1530 et dont le rang d’ambassadeur signalait l’importance que la diplomatie française attribuait à la Suisse. En effet, la France resta l’unique puissance qui parvint à s’allier, du moins temporairement, à l’ensemble des cantons et de leurs alliés. Regardons de plus près la mécanique de ces rapports où les aspects politiques, économiques et financiers furent étroitement imbriqués.

Au premier plan figure l’aide militaire que les deux alliés s’accordèrent à partir de 1521. Des centaines de milliers de soldats servirent la Couronne de France dans les régiments suisses tout au long de l’Ancien Régime et même au-delà de l’époque napoléonienne. Les effets économiques et démographiques de ce large mouvement migratoire furent considérables, particulièrement pour les cantons ruraux de Suisse centrale et les campagnes des villes de Berne, Fribourg, Soleure et Lucerne qui elles ne connurent pas un essor économique comparable à celui de la plupart des cantons protestants où l’industrie (textile, horlogerie) créa de nouveaux emplois à partir du 17e s. Pour les membres des familles dirigeantes le service étranger offrit la perspective d’une carrière comme entrepreneur militaire ce qui normalement ne rapporta pas seulement des revenus considérables, mais leur permit encore de tisser un réseau social utile à une carrière politique au sein des conseils de leur canton que beaucoup d’entre eux entamèrent après avoir quitté le service étranger.

Au plan macroéconomique les cantons suisses profitèrent du service étranger dans la mesure où celui-ci leur permit d’externaliser leurs dépenses militaires. En effet, la Couronne de France – en fin de compte ses sujets contribuables – assuma les frais d’entretien et de modernisation pour une armée permanente du Corps helvétique stationnée à l’étranger il est vrai, mais que les cantons étaient autorisés de rappeler s’ils en avaient besoin pour leur propre défense. Ainsi – tout en renonçant largement à une politique étrangère indépendante – les cantons s’en remirent à la France, leur allié puissant, pour leur défense et leur sécurité, ce qui leur permit d’économiser les dépenses nécessaires pour le renouvellement de l’armée. En conséquence les cantons suisses, contrairement aux Etats européens de l’époque, se retrouvèrent sans dette dès le 17e s. De plus, ils investirent une partie de leur trésor dans le financement de la dette publique de puissances étrangères. Les intérêts obtenus sur les fonds d’Etat leur rapportèrent des revenus supplémentaires ce qui leur permit de pouvoir renoncer à la taxation de leurs habitants.

Par les traités de paix et d’alliance le roi de France accorda aux cantons une pension de 2’000 francs que le trésorier de l’ambassade à Soleure devait verser – théoriquement – chaque année aux envoyés des cantons. Ce rituel fit passer des sommes considérables du trésor royal dans les caisses des cantons tout en rappelant régulièrement que l’amitié du roi de France envers le Corps helvétique était loin d’être purement politique et symbolique. Les pensions rémunéraient les cantons pour leurs services rendus à la Couronne tout en les préservant de se désintéresser de l’alliance avec celle-ci. Elles constituèrent « le nerf de la diplomatie française» auprès des cantons.

Les pensions de paix et d’alliance étaient versées dans les trésors publics « pour subvenir aux dépenses urgentes, en temps de guerre, lors de calamités, ou afin de pourvoir aux obligations fédérales ». [4] Leur part des finances publiques variait considérablement d’un canton à l’autre. Elle était bien plus importante chez les cantons catholiques avec leur économie agraire que chez les cantons protestants investis dans l’industrie et le commerce. Citons à titre d’exemple le canton de Fribourg, où les deux tiers des revenus provinrent des pensions étrangères au 16e s., tandis qu’elles ne représentèrent guère plus de 15% des revenus du canton protestant de Zurich. Dans la seconde moitié du 18e s. encore, le canton montagnard d’Uri couvrait en moyenne ses dépenses officielles annuelles à l’aide des pensions françaises. Les risques d’une telle diplomatie financière se firent sentir pendant les guerres de religion lorsque les rois de France ne furent plus en mesure de remplir leurs engagements envers les Confédérés. A ce moment, les cantons catholiques – à l’exception de Soleure – répondirent favorablement à la demande d’alliance du roi d’Espagne. Ce dernier tira donc parti de la gêne financière de son rival pour affaiblir l’hégémonie française et étendre son influence au sein du Corps helvétique.

Aux pensions officielles s’ajoutèrent les pensions par rôle et les pensions dites « particulières et à volonté » qui – elles – étaient destinées à « récompenser et exciter le zèle » des amis du parti français tout en neutralisant les adhérents du parti adversaire dans les conseils des cantons. [5] Les magistrats prirent vite l’habitude « à regarder les bienfaits de la France comme un patrimoine, un apanage de leur Etat ou de leur famille. » [6] Une fois établi, ce système de clientélisme engendra toute une psychologie de la diplomatie des pensions dont les ambassadeurs à Soleure eurent à tenir compte pour mener à bien les négociations avec les magistrats des cantons.

Dans son « mémoire sur la manière dont j’ai traité avec les cantons en général » le marquis de Puyzieulx, ambassadeur du roi auprès du Corps helvétique pendant la guerre de succession d’Espagne (1698-1708), fit une remarque révélatrice à propos des différents effets des pensions dans les cantons : « Les cantons catholiques sont beaucoup plus intéressés en général que les protestants ; mais on vient également à bout de gagner par argent les particuliers des deux religions avec cette différence : quand on s’est assuré de cinq ou six des principales têtes dans chacun des cantons catholiques, on obtient sûrement ce qu’on désire d’eux ; mais, chez les protestants, les créatures qu’on y fait ne peuvent aider que de leurs voix et de leurs avis, sans oser briguer ouvertement, ce qui leur feroit perdre tout leur crédit. »[7] L’instruction du roi donné au marquis de Puyzieulx au début de son ambassade en 1698 expliqua pourquoi l’ambassadeur devait agir prudemment dans les villes protestantes, comme par exemple à Zurich : « Il est défendu à leurs sujets, sous peine de la vie, d’en recevoir aucune, et, lorsque le service du Roi demande qu’on en donne à quelque particulier, il est nécessaire d’user d’un extrême secret pour empêcher que celui qui l’accepte ne soit découvert. » [8]

Avec le ravitaillement des cantons en sel français et avec l’accord de privilèges commerciaux aux négociants suisses d’autres éléments s’ajoutèrent à cet ensemble de faveurs et de garanties accordées au Corps helvétique. Pour ses énormes besoins en sel, la Suisse dépendait entièrement de l’étranger. Jusqu’à l’annexion de la Franche-Comté par Louis XIV en 1674 les cantons de Suisse occidentale s’approvisionnaient surtout en sel marin de Peccais. Ensuite, les salines de Franche-Comté fournirent le sel pour l’élevage, pour la salaison et la confection des fromages. Elles le firent à un prix réduit à tel point que la contrebande du sel de la Suisse vers la Franche-Comté et les provinces des Cinq Grosses Fermes devint fréquente. L’approvisionnement en sel franc-comtois fut de première nécessité pour le canton de Fribourg qui dès le 16e s. s’était spécialisé dans l’exportation de fromages Gruyère vers la France. Du coup, le blocage des livraisons de sel devint un moyen efficace pour la diplomatie française notamment s’il s’agissait de faire pression sur les magistrats fribourgeois. La fourniture de sel fut aussi un moyen pour liquider une partie des énormes dettes en pensions et intérêts que les rois de France accumulèrent au cours des siècles. [9]

Afin de promouvoir les foires de Lyon, Charles VII avait accordé les premiers privilèges commerciaux aux Confédérés en 1444 déjà. La Paix perpétuelle de 1516 ne fit donc que renouveler des faveurs antérieures. Elle garantit la sécurité personnelle des commerçants et celle de leurs marchandises, « tout en leur offrant des droits de douane réduits » de même que « l’exonération de taxes arbitraires ou d’éventuelles futures redevances ». [10]

La ville de Lyon était de première importance pour les commerçants suisses. La « nation suisse » regroupa principalement les marchands et banquiers de Suisse orientale, notamment ceux de la ville de Saint-Gall. Avec un syndic à sa tête la « nation suisse » de Lyon défendit le statut privilégié des marchands suisses face aux autorités municipales et royales. Au 17e s. elle passa même plusieurs conventions secrètes avec l’archevêque et le gouverneur de Lyon afin de sauvegarder la libre sortie de leurs marchandises et de leurs revenus du royaume.  [11]

Au cours du 17e s. l’organisation corporative des marchands suisses devint d’autant plus importante que les privilèges commerciaux furent de plus en plus remis en question par les receveurs des douanes, les fermiers généraux et par les concurrents français qui virent d’un mauvais œil les affaires de ces étrangers qui par la grâce du roi profitèrent d’un meilleur traitement que les sujets de la Couronne.

En effet, dès le début du 17e s. l’administration française se mit à contester non pas le principe, mais l’interprétation des privilèges commerciaux, et cela d’autant plus que la caractéristique principale de ces privilèges était « précisément de constamment les évoquer sans clairement les définir ».  [12] Face à la crise financière croissante du royaume, ces faveurs étaient d’autant moins acceptables qu’ils violaient doublement les intérêts français – d’abord en privant les receveurs et les fermiers de leur revenu, ensuite en exposant les entrepreneurs et artisans français à la concurrence de l’étranger. En modifiant l’interprétation des privilèges en question l’administration de Colbert entendit restreindre l’exemption des taxes et des droits d’entrée en France aux marchandises « du crû, fabriquées ou apprêtées en Suisse ». [13] Du coup, les privilèges commerciaux ne s’appliquèrent plus qu’aux fromages de Fribourg, aux toiles de Saint-Gall et de Suisse orientale en général ainsi qu’aux métaux bruts et filés. Les marchands suisses se virent privés de la possibilité de transporter et de vendre des produits étrangers en France. Le traitement privilégié était donc dorénavant réservé aux produits fabriqués en Suisse à base de matière première du pays. Bien sûr cette nouvelle politique suscita de longues négociations entre les délégations des commerçants suisses et les autorités françaises. Ce fut encore le cas lors du dernier renouvellement de l’alliance avant la Révolution en 1777. Si les négociants suisses ne parvinrent plus à restaurer l’ancienne situation de libre commerce, ils sauvèrent tout de même une partie non négligeable des anciens privilèges et surent maintenir le libre accès au marché français pour une partie de leurs marchandises et l’exonération des redevances personnelles comme p.ex. le droit d’aubaine, le droit de guet et de garde, l’enrôlement dans la milice et les corvées personnelles. Par contre, l’imposition de la capitation et du vingtième toucha aussi les Suisses résidants en France bien qu’ils puissent profiter d’un retard. [14]

Jusqu’ici nous avons étudié les échanges économiques entre la France et le Corps helvétique dans la seule perspective des traités de paix et d’alliance. Toutefois cette perspective, par trop politique et diplomatique, ne tient pas suffisamment compte d’autres aspects tout aussi importants. J’en citerai deux qui furent étroitement liés au fait qu’à partir de l’annexion de la Haute Alsace et de la Franche-Comté par la France au 17e s. les deux pays partageaient une frontière commune bien plus longue qu’auparavant. Ce voisinage révéla son importance stratégique lors des guerres entre la France et les alliances anti-françaises sous Louis XIV et sous la Révolution. En même temps les régions frontalières le long du Jura devinrent le terrain privilégié de la contrebande.

Pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, la guerre de succession d’Espagne et encore pendant la première guerre de coalition entre 1792 et 1795 la Suisse joua un rôle primordial dans le ravitaillement de la France en matériel de guerre. Jouant du statut de neutralité du Corps helvétique – disons plutôt de non-belligérance –, les négociants suisses fournirent le matériel dont les armées françaises avaient besoin : munition, chevaux, bœufs, salpêtre, poudre noir, plomb, soufre, toile. Le commerce intermédiaire à travers le territoire suisse permit à contourner l’embargo que les puissances ennemies avaient décrété contre la France. Bien que les paysans suisses profitassent particulièrement du commerce de chevaux, le marché suisse était beaucoup trop petit pour subvenir à lui seul aux besoins de la France. Par conséquent, les commerçants suisses s’approvisionnèrent à l’étranger – dans l’Empire, en Autriche, voire même en Hongrie. Bien entendu les puissances en guerre contre la France prirent des mesures pour empêcher ce commerce intermédiaire – par exemple en faisant attester les cantons suisses que ceux-ci ne revendraient pas les marchandises importées de l’étranger à l’ennemi. Pourtant les profits considérables qui résultaient de ce commerce à haut risque rendirent plutôt inefficaces ces contre-mesures. Bon nombre de douaniers et de commissaires furent eux-mêmes impliqués dans la contrebande. D’ailleurs, le commerce intermédiaire à travers la Suisse ne se déroula pas uniquement dans une direction. La France profita aussi des relations d’affaires des marchands suisses avec l’Empire pour y faire exporter des marchandises françaises qui étaient prohibées en temps de guerre. [15]

Située à la frontière de la France, la République de Genève devint une place commerciale de première importance pendant les guerres entre la France et les alliés. Les commerçants genevois ne furent pas seulement impliqués dans le commerce intermédiaire en matériel de guerre. Ils profitèrent également de l’embargo décrété contre la France pour supplanter leurs concurrents français dans l’exportation de marchandises de luxe vers l’Empire – marchandises munies de faux certificats d’origine française établis à Genève. La présence de nombreux marchands-banquiers fit de Genève une des premières places financières du continent. Le contrôleur général Michel Chamillart se servit des marchands-banquiers étrangers qui commerçaient en France pour obtenir les crédits nécessaires au financement de la diplomatie et des guerres de son roi. Les membres de la famille Fatio ne furent pas les seuls marchands-banquiers résidant à Genève à financer les pensions du roi pour les cantons ou la solde des armées françaises en Italie. Auparavant déjà les négociants genevois avaient fait de bonnes affaires avec le trafic d’espèces et de matière d’or et d’argent pour la France qui souffrait d’une pénurie chronique en métaux précieux et en espèces.

Les études d’André Ferrer sur la contrebande en Franche-Comté au 18e s. nous renseignent sur les dimensions d’un vaste commerce clandestin qui échappa aux règlements des traités de paix et d’alliance. La contrebande du tabac, des toiles peintes ou celle des livres tout comme le faux-saunage fut pratiqué tout au long du 18e s. entre la principauté de Neuchâtel, le pays de Vaud et la République de Genève d’une part et la Franche-Comté et le territoire des Cinq Grosses fermes d’autre part.

Le commerce intermédiaire en matériel de guerre tout comme la contrebande met en exergue les marges de manœuvre dont les négociants et contrebandiers profitèrent grâce à la situation géopolitique du Corps helvétique. Ils mirent à profit les rivalités entre les grandes puissances belligérantes d’Europe toujours à la recherche de nouvelles sources de revenu. Ils jouèrent des possibilités qui surgirent grâce au voisinage de deux Etats aux ambitions politiques très différentes qui tous les deux connurent des systèmes d’économie politique et de fiscalité très opposés.

Par ailleurs, commerçants et contrebandiers surent tirer parti des effets involontaires de la politique des rois de France, comme par exemple des conséquences de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). A la suite de la Révocation de nombreux entrepreneurs huguenots établirent leurs manufactures d’indiennes à Genève, dans la région des trois lacs ou en Argovie. Les toiles peintes dans ces régions frontalières passèrent ensuite clandestinement en France où les ordonnances royales en interdisaient la production et l’usage jusqu’au milieu du 18e s. afin de protéger les producteurs français de la concurrence étrangère. A Genève et à Neuchâtel les maisons d’édition se spécialisèrent dans la contrefaçon de livres censurés et d’ouvrages à succès qu’ils firent passer clandestinement en France.

Citons encore l’importance de la banque protestante en France analysée dans la thèse magistrale de Herbert Lüthy. Il s’agit du réseau transnational de marchands-banquiers d’origine huguenote qui à la suite de la Révocation de l’édit de Nantes s’établirent en Angleterre, aux Pays-Bas ou en Suisse tout en poursuivant leurs affaires financières en France. Rien ne symbolise mieux l’influence de la banque protestante en France que la nomination de Jacques Necker, banquier calviniste genevois d’origine allemande, au poste de directeur général des finances à la fin de l’Ancien Régime.

Rappelons à cet égard que Necker devait sa fortune et sa carrière spectaculaire au rôle que joua sa banque dans le financement de la Compagnie des Indes après la guerre de Sept Ans. Dans les années 1760/1770 la banque Thellusson & Necker figure parmi les trois premières de Paris. C’était «déjà une banque pour hauts personnages de la Cour et de la Ville » qui avançait des sommes impressionnantes au trésor royal. Le succès comme banquier destina Necker à assumer la tâche de ministre de la République de Genève à la Cour de Versailles afin de veiller aux intérêts de ses compatriotes genevois qui avaient investis leurs fortunes en France.[16]

La montée de Necker met en lumière l’importance croissante du commerce avec les Indes et les Amériques au cours du 18e s. Par la suite des compagnies commerciales suisses s’installèrent à Bordeaux, à La Rochelle ou à Nantes pour y reprendre les matières premières importées d’outre-mer (coton, pierres précieuses, métaux précieux, colorants comme p.ex. l’indigo, sucre), qu’ils conduisirent ensuite en Suisse pour approvisionner les horlogers, bijoutiers ou artisans du textile. [17] Dans le sillage de ces commerçants, un nombre considérable de pâtissiers grisons s’établit dans les grandes villes portuaires où ils y introduisirent la culture du café, de la confiserie et de la pâtisserie qu’ils avaient acquise à Venise dès les premières décennies du 17e s. Bordeaux ne compta pas moins de 40 familles grisonnes engagées dans de telles entreprises en 1800.

Pour illustrer combien les rapports entre la France et le Corps helvétique avaient évolué depuis les traités de Paix perpétuelle et d’alliance conclus au début du 16e s. et pour démontrer à quel point les anciens privilèges accordées aux Suisses étaient devenus démodés, voir même encombrants pour la Couronne de France, il suffit de citer l’édit du roi Louis XVI du mois de décembre 1781 par lequel le roi statua sur les privilèges pour mettre un terme aux négociations fastidieuses autour du renouvellement des privilèges commerciaux. Dans l’état actuel des choses le roi n’était plus disposé de venir à la rencontre des Confédérés. Les finances royales ainsi que le commerce des sujets français « souffraient des privilèges dont les Suisses jouissaient en France, en vertu d’interprétations trop vagues du traité de 1516 ». [18] Le prix que la Couronne de France devait payer pour le maintien de la Paix perpétuelle et de l’alliance lui paraissait devenir trop important et cela d’autant plus que le roi dans son édit rappelait aux membres du Corps helvétique que ceux-ci n’avaient jamais respecté la parfaite réciprocité stipulée dans le traité de 1516. Louis XVI leur reprochait de ne jamais avoir accordé les mêmes droits aux commerçants français voyageant et trafiquant en Suisse. En effet, les cantons n’avaient jamais rempli cette condition de réciprocité arguant que les Français, comme tout étranger, ne disposaient pas du droit de bourgeoisie. Par conséquent, on ne pouvait pas les autoriser à s’établir comme artisans ou commerçants dans une ville ou un bourg de Suisse. Le droit de bourgeoisie cependant ne pouvait leur être attribué parce qu’il donnait droit aux charges, à l’administration, voir même au gouvernement et à la souveraineté. [19] Voilà comment se présentèrent les choses aux yeux des envoyés suisses, qui rétorquèrent que les faveurs du roi n’étaient que « la récompense la plus glorieuse de la vertu et de la fidélité » des Confédérés et que « les facilités consenties aux commerçants » suisses ne faisaient qu’indemniser leur « nation de la perte de milliers d’hommes employés au service de la Couronne ». « C’était autant de ses sujets que le roi n’enlevait pas à l’agriculture et à l’industrie, ce qui réparait bien le dommage que la concurrence suisse causait aux commerçants français. » [20]

Cependant, quelques années plus tard les Révolutions françaises et helvétiques allaient mettre en place des systèmes politiques fondamentalement différents qui rendirent superflus de telles réflexions. Au lieu d’exercer son contrôle du Corps helvétique de manière indirect à travers tout un ensemble de faveurs et de privilèges accordés aux cantons, la France – devenue république révolutionnaire – choisit d’occuper la Suisse et de l’intégrer dans son système de républiques sœurs afin de s’assurer ses avantages géostratégiques face aux puissances ennemies. Et ce fut justement afin d’empêcher à l’avenir cette dépendance exclusive du Corps helvétique d’une seule puissance européenne que le Congrès de Vienne décida de restaurer la souveraineté du Corps helvétique en lui attribuant un rôle clé pour la préservation de la balance entre les grandes puissances et de la paix en Europe.

 

Bibliographie sommaire

Jean de Boislisle (Hg.), Les Suisses et le Marquis de Puyzieulx, Ambassadeur de Louis XIV (1698-1708). Documents inédits Précédés d’une Notice Historique, Paris 1906.

Alain Dubois, Die Salzversorgung des Wallis 1500-1619, Winterthur 1965.

Henri von Dulong, Entstehung und Verfall der eidgenössischen Zoll- und Handelsfreiheiten in Frankreich, insbesondere in Lyon, vom ewigen Frieden 1516 bis zum Tarif Colberts 1664, München 1959.

André Ferrer, Les contrebandiers sur la frontière franco-suisse au XVIIIe s., in: Schweizerische Zeitschrift für Geschichte 49 (1999), S. 35-46.

André Ferrer, Tabac, sel, indiennes … Douane et contrebande en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Besançon 2002.

Philippe Gern, Aspects des relations franco-suisses au temps de Louis XVI. Diplomatie – économie – finances, Neuchâtel 1970.

André Holenstein, Mitten in Europa. Verflechtung und Abgrenzung in der Schweizer Geschichte, Baden 2014 (2. Aufl. 2015).

Georges Livet (Hg.) , Suisse (Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France des Traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, 30/1), Paris 1983.

Herbert Lüthy, Die Tätigkeit der Schweizer Kaufleute und Gewerbetreibenden in Frankreich unter Ludwig XIV. und der Regentschaft, Aarau 1943.

Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la révocation de l’Edit de Nantes à la Révolution, 2 vols, Paris 1959/61.

Ulrich Pfister, Privilèges commerciaux, in : Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch; 20 octobre 2016).

Guillaume Poisson, 18 novembre 1663, Louis XIV et les cantons suisses, Lausanne 2016.

Marco Schnyder, Une nation sans consul. La défense des intérêts marchands suisses à Lyon au XVIIe et XVIIIe siècles, in : Arnaud Bartholomei, Guillaume Calafat, Jörg Ulbert (Hgg.), De l’utilité commerciale des consuls, (à paraître 2016/17).

Marco Schnyder, « Vous estes tres bien fondés et nulle justice pourra vous condamner ». L’argument juridique dans les contentieux concernant la nation suisse de Lyon (XVIIe-XVIIIe siècles), in : Eric Schnakenbourg, Nicolas Drocourt (Hgg.), Thémis en diplomatie. L’argument juridique dans les relations internationales de l’Antiquité tardive à la fin du XVIIIe s., Reims 2016/17 (à paraître).

Jean Steinauer, Patriciens, Fromagers, Mercenaires. L’Émigration Fribourgeoise sous l’Ancien Régime, Lausanne 2000.

Ella Wild, Die eidgenössischen Handelsprivilegien in Frankreich, 1444-1635, St. Gallen 1910.

 

[1] Dubois 1965 (cité d’après Poisson 2016, p. 18).

[2] „Zum sechsten so ist harin beredt, ob die Herren von Eidgnossen durch krieg, so inen zuostüendent, mangel an salz gwunnind und inen deß feiler kouf abgschlagen wurd, so sölle der Küng inen salz zuokomen lassen, und umb ein zimlichen pfennig, als andern, die salz koufend, und des gnuog.“ (Article 6 de l’alliance du 5 mai 1521, in : Die Eidgenössischen Abschiede aus dem Zeitraume von 1521 bis 1528 (Amtliche Sammlung der ältern Eidgenössischen Abschiede, vol. 4, 1a), bearb. Johannes Strickler, Brugg 1873, S. 21)

[3] « 1602 la dette de la France auprès du Corps helvétique se montait à 36 millions de louis. En 1663, les emprunts, les soldes et les pensions impayés aux cantons arrivent désormais à un total de près de 70 millions de louis ». (Poisson 2016, p. 70f.)

[4] Gern 1970, p. 163.

[5] Gern 1970, p. 151, 162.

[6] Gern 1970, p. 162.

[7] Boislisle 1906, p. 86.

[8] Boislisle 1906, p. 6.

[9] Dubois 1965; Gern 1970, p. 181-210; Steinauer 2000.

[10] Lüthy 1943; Gern 1970, p. 211-248; Pfister.

[11] Poisson 2016, p. 52.

[12] Poisson 2016, p. 51.

[13] Poisson 2016, p. 53 sq.

[14] Lüthy 1943, p. 189-212 ; Gern 1970, p. 227-230.

[15] Lüthy 1943, S. 67: En 1697 dans un mémoire soumis à Jean Pierre Stuppa les commerçants suisses soulignaient leur utilité pour l’exportation de produits français en temps de guerre de la manière suivante : « Nos liaisons avec les Etrangers, chez lesquels nous introduisons nombre de marchandises de France avec bien du risque et souvent avec perte, parce qu’en temps de guerre elles y sont prohibées, étoient d’une utilité très considérable et au Roi en général, et aux particuliers en particulier; … la cherté des soies et des laines, joint à l’instabilité des cours des espèces, avoient ralenti la débite des manufactures de France, que cependant nous en faisions toujours sortir plus que tous les Français ensemble. »

[16] Lüthy 1961, p. 398f.

[17] Lüthy 1943, p. 186-188.

[18] Selon les expressions du ministre Vergennes dans sa lettre du 10 janvier 1782 par laquelle il communiquait l’édit royal aux cantons suisses (Gern 1970, p. 238).

[19] Argumentation tiré du « Mémoire des négociants et autres Suisses habitués en France sur la nature et l’étendue des privilèges et avantages que les commerçants at autres Suisses ont acquis et dont ils ont joui légitimement en France » [1779] (Gern 1970, p. 234f.)

[20] Gern 1970, p. 235.

Dr. Bertrand Fonck: Les Suisses au service de Louis XIV (1661-1715): organisation et emploi en campagne à travers les archives du Service historique de la Défense

Archiviste paléographe et docteur en histoire de l’Université de Paris-Sorbonne, Bertrand Fonck est conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense. Au sein du département des fonds d’archives, il est responsable du pôle Archives historiques des armées. Auteurs de nombreux articles portant sur l’histoire militaire et diplomatique des XVIIe et XVIIIe siècles, il a dernièrement collaboré au Dictionnaire Louis XIV (Bouquins, 2015).

Il a publié “Le maréchal de Luxembourg et le commandement des armées sous Louis XIV” (Champ Vallon, 2014) et a codirigé plusieurs volumes collectifs dont “La fin de la Nouvelle-France” (Armand Colin, 2013), “Guerres et armées napoléoniennes. Nouveaux regards” (Nouveau Monde/DMPA, 2013), “Combattre et gouverner. Dynamiques de l’histoire militaire de l’époque moderne, XVIIe-XVIIIe siècles” (PUR, 2015) et “L’âge d’or de la cavalerie” (Gallimard/Ministère de la Défense, 2015). Il est chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres.

Le règne de Louis XIV, on le sait, a été placé sous le signe des armes. Le roi de guerre, animé d’un désir ardent de gloire militaire, a engagé son royaume dans des conflits nombreux qui ont abouti à d’importantes conquêtes mais qui ont plongé la France dans des guerres de plus en plus longues, épuisantes et couteuses, notamment en vies humaines. Pour faire grandir et faire marcher ce « géant du Grand Siècle » qu’a constitué l’armée française selon l’expression de l’historien américain John Lynn, pour rendre donc possible l’accroissement spectaculaire des effectifs mis en ligne par les armées dans le dernier quart du XVIIe siècle notamment, l’appel aux contingents étrangers s’est intensifié. Parmi les troupes étrangères au service de la France, les Suisses tenaient une place à part depuis la Renaissance, symbolisée par leur présence au sein de la Maison militaire du souverain. C’est donc tout naturellement que Louis XIV a cherché à entretenir leur alliance, renouvelée de manière fastueuse lors de la grande ambassade de 1663, afin de conserver et d’accroître une source de recrutement privilégiée lui donnant accès à des troupes un peu plus chère que les autres mais de grande qualité, troupes dont il s’est efforcé de rationaliser l’organisation.

De fait, on croise très souvent les troupes suisses dans les relations des sièges et des campagnes menées par les armées françaises de la guerre de Hollande à la guerre de Succession d’Espagne, et elles ne sont pas absentes des récits portant sur les réformes mises en œuvre dans l’armée par le roi et son ministre Louvois. Mais au-delà de la place des unités suisses dans la vie de cour, des spécificités de leur recrutement et des privilèges que leur accordent leurs capitulations, la place et le rôle des Suisses dans les armées et les guerres de Louis XIV demeurent souvent mal connus en France, en dehors peut-être du cas des Gardes suisses auxquels plusieurs études spécifiques ont été consacrées. De grands historiens se sont intéressés aux troupes suisses, notamment sous un angle institutionnel, social ou prosopographique, et certaines trajectoires individuelles ont été mises en lumière comme celle de Charles de Villars-Chandieu dernièrement, mais l’emploi des Suisses au combat a semble-t-il moins retenu l’attention des historiens, y compris des historiens de la chose militaire.

Or si le gouvernement personnel de Louis XIV est un jalon important dans l’histoire des troupes suisses au service de la France en ce qui concerne leur organisation, qu’il s’agisse de celles de la Maison du roi ou des régiments permanents qui apparaissent alors, c’est aussi une période marquée par d’importantes évolutionsdans le domaine militaire et dans l’art de la guerre, évolutions qui restent souvent sous-estimées, notamment en France où on considère volontiers que le retrait de la scène de Turenne et Condé en 1675 ouvrent une période de stagnation voire de déclin de l’art de la guerre, symbolisée par les défaites de la fin du règne. Ces évolutions d’ordre institutionnel d’un côté et tactique de l’autre sont d’autant plus importantes que le 18e siècle, jusqu’au crépuscule de l’Ancien Régime, a perpétué très largement la situation qui prévalait à la fin du règne de Louis XIV.

Je me pencherai donc dans un premier temps sur l’organisation et la place des troupes suisses au sein des armées de Louis XIV, avant de m’intéresser à leur emploi au combat. Et j’illustrerai mon propos de quelques reproductions des très riches archives conservées par le Service historique de la Défense sur les unités suisses. Les hauts murs du château de Vincennes abritent en effet tout un pan de la mémoire des Suisses au service de la France. Les chercheurs peuvent y consulter une série spécifique consacrée à ces troupes, qui couvre la période courant de 1671 à 1830 et a fait l’objet d’un excellent inventaire imprimé en 2001. Mais les ressources offertes par le SHD ne s’arrêtent pas à ce seul gisement et le chercheur pourra consulter avec profit bien d’autres fonds, de la correspondance entre le département de la Guerre et les armées aux cartes et plans, des registres de contrôle aux ouvrages de bibliothèque. Si les sources relatives à la structure et au fonctionnement des unités suisses ont été largement exploitées, la documentation relative à leur emploi opérationnel, bien plus éclatée au sein des fonds du SHD et notamment de la correspondance ministérielle, offre sans aucun doute de nombreuses pistes de recherches.

 

L’organisation des troupes suisses

On a coutume de présenter les troupes suisses comme une armée dans l’armée, voire un État dans l’État, tant leur effectif est important et surtout leur gestion est particulière au sein des armées royales. Au début de son gouvernement personnel, Louis XIV hérite d’une armée qui comprend deux unités suisses particulièrement prestigieuses attachées à sa maison, les Cent-Suisses et les Grades suisses, ainsi que des compagnies franches.

La compagnie des Cent-Suisses dits « de la garde ordinaire du roi » assure la garde du dedans avec les gardes du corps. Les Cent-Suisses (en fait 127 hommes d’élite, armés d’une hallebarde) sont en effet chargés de la garde à l’intérieur des résidences du souverain et notamment de monter la gardes aux portes des appartements royaux. Dotés d’un uniforme reconnaissable entre tous, ils jouissent d’une grande réputation de valeur et de fidélité et on considère que leur origine étrangère les rend moins soumis aux intrigues de la cour. Ils doivent tous être catholiques et les soldats sont tous suisses mais depuis 1658 les charges d’officiers sont doublées (un lieutenant suisse et un lieutenant français, etc.) ; cela n’est pas sans occasionner des tensions avec les officiers suisses. Les charges d’officiers des cent-Suisses sont très recherchées du fait de leur proximité avec le roi. Le capitaine ou capitaine-colonel des Cent-Suisses jouit de l’une des charges les plus prisées de la cour, il est comme un cinquième capitaine des gardes et prête serment au roi comme les capitaines des gardes. Il marche devant le roi quand le capitaine des gardes en quartier marche derrière. Tous deux prennent l’ordre du roi tous les soirs.

Un règlement de 1610 prévoit qu’il doit toujours y avoir douze Suisses autour du roi jour et nuit, dormant dans la salle des gardes. Cinquante-deux hommes accompagnent le roi dans ses déplacements. On les voit par exemple sur le tableau d’Adam Frans Van der Meulen représentant Louis XIV passant sur le Pont-Neuf, conservé au Musée de Grenoble.

Toutefois les Cent-Suisses voient leur rôle dans la garde de la personne du roi de plus en plus concurrencé sous Louis XIV par les quatre compagnies des gardes du corps, avec lesquelles ils partagent la garde du roi en effectuant un service commun (je renvoie ici à la thèse de Rémi Masson sur la maison militaire au XVIIe siècle soutenue à Vincennes en 2015). Les gardes du corps tendent à devenir le premier cercle protégeant le corps du souverain, et les cent-Suisses le deuxième cercle protégeant les résidences du roi. Les uns sont à cheval et les autres à pied quand le roi est en carrosse, ce qui est complémentaire. Les gardes du corps deviennent le fer de lance de la cavalerie française, comme l’illustre la victoire spectaculaire de Leuze en 1691. Les Cent-Suisses souffrent de la comparaison, même s’ils suivent le roi en campagne pour assurer sa garde. Ils sont davantage assimilés à un corps de parade alors que Louis XIV fait des autres unités de sa maison militaire des troupes d’élite. Pour autant le roi confirme leurs divers privilèges (avantages fiscaux, justice particulière, logement chez les Parisiens).

Les Gardes suisses, organisés définitivement en 1616 pour la garde du jeune Louis XIII, constituent avec les Gardes françaises l’essentiel de l’infanterie de la Maison du roi. Leur effectif varie avant de se stabiliser à 12 compagnies de 200 hommes soit 2400 hommes. Les compagnies sont avouées par différents cantons et recrutent exclusivement des Suisses. Là encore, les postes d’officiers encadrant cette unité d’élite sont très recherchés et le colonel est généralement un grand personnage.

Les grades suisses assurent la « garde ordinaire », ou garde du dehors avec les Gardes françaises. Quand le roi se déplace, notamment dans Paris, ils forment la haie pour protéger son parcours. Plus généralement, quand il entre et sort des résidences royales, les soldats forment la haie. Une compagnie des gardes suisses et des gardes française assure ainsi chaque jour la garde de l’extérieur du palais royal. Ils sont logés dans les faubourgs de Paris pour l’essentiel, leurs casernes étant bâties au XVIIIe siècle.

Les Suisses tiennent donc une place centrale et tout à fait particulière dans le cérémonial de cour qui se fixe progressivement avec l’installation de la cour à Versailles, et dans la mise en scène de la puissance et de la majesté royale, notamment lors des grandes cérémonies et réceptions d’ambassades. Comme les autres troupes de la Maison du roi, les gardes suisses sont souvent passés en revue, notamment dans les années qui précèdent la guerre de Hollande pendant lesquelles Louis XIV peaufine l’outil militaire à sa disposition. Ils participeront bien sûr au camp de Compiègne en 1698.

L’armée française des années 1660 comprend également des Suisses recrutés au sein de compagnies franches, c’est-à-dire non enrégimentées, qui servent en campagne mais sont en général attachées à une place forte à partir de laquelle elles pratiquent la petite guerre ou guerre de partis étudiée par Sandrine Picaud-Monnerat. Ce sont ces compagnies et le besoin exprimé par Louis XIV de disposer d’effectifs à la hauteur de ses ambitions qui sont à l’origine de la levée des régiments réglés permanents. Un personnage a joué dans ce processus un rôle de premier plan : il s’agit de Pierre Stoppa. Ce capitaine aux gardes suisses, protégé de Louvois, joue le rôle d’intermédiaire au profit de la France. Il crée un réseau de bureaux clandestins de recrutement dans les États frontaliers de la Suisse. Stoppa s’emploie non seulement à lever des compagnies non avoués jusqu’à sa mort en 1701, mais également à favoriser la levée de ces régiments capitulés permanents qui constituent une nouveauté (en dehors du cas des Gardes suisses) dans la mesure où les régiments suisses qui avaient pu être levés jusque-là étaient réformés au bon vouloir de la monarchie. En 1671, Louis XIV envoie Stoppa en mission, d’abord secrète puis officielle, dans plusieurs cantons dans le cadre de la préparation de la campagne de Hollande. Il négocie notamment avec le canton de Berne la levée d’un régiment de douze compagnies avec une solde à 6 écus au lieu des 7 prévues par les capitulations antérieures.

Louis XIV peut ainsi mettre sur pied en 1671 et début 1672 quatre régiments : Erlach, Stoppa-Vieux, Salis-Zizters et Pfyffer. D’autres unités suivront puisque s’y ajoutent pendant la guerre de Hollande les régiments de Greder en 1675 et Stoppa-Jeune en 1677, à partir de compagnies franches et de nouvelles levées. Les débuts de la guerre de la Ligue d’Augsbourg provoquent de nouvelles créations de régiments avoués permanents : Salis-Jeune et Courten en 1689, Monnin et Polier devenu Schellenberg en 1690. Ces régiments changent de nom en fonction de leur colonel.

Malgré le fait que chaque capitulation puisse être différente, c’est un même cadre qui est mis en place avec des compagnies de 200 hommes (donc bien plus fournies que les compagnies des régiments français d’environ 50 hommes) qui ont le même nombre d’officiers (un encadrement assez faible d’ailleurs que Louis XIV s’emploie à accroître). En général ce sont des régiments à 12 ou 9 compagnies soit 2400 ou 1800 hommes. Un certain nombre d’états annuels des troupes suisses sont conservés au SHD qui listent les compagnies composant les différents régiments (une dizaine donc) et les compagnies franches (jusqu’à une cinquantaine).

Évolution de l’effectif des troupes suisses d’après André Corvisier (« Une armée dans l’armée : les Suisses au service de la France », dans Cinq siècles de relations franco-suisses, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1984)

Date Régiments suisses Total de l’infanterie étrangère Total de l’infanterie
1644 27 800 78 000 248 000
1679 24 200 37 000 112 000
1692 37 220 86 740 278 000
1699 14 550 34 930 143 000
1704 18 750 95 255 311 000

Les effectifs des troupes suisses employées par le roi de France, qui varient en fonction des années de paix ou de guerre, finissent ainsi par représenter un total très important : plus de 37 000 hommes au cours de la guerre de la Ligue d’Augsbourg. On voit que les Suisses constituent entre 6 et 21 % de l’infanterie totale et une part très important des troupes étrangères, parfois plus de la moitié.

En principe les Français ne peuvent servir parmi les Suisses, et une ordonnance de 1671 a invité les soldats français des compagnies suisses à passer dans des troupes françaises, avant qu’une ordonnance de 1696 exclue des compagnies suisses tout ce qui n’est pas suisse, allemand, polonais, suédois ou danois (il y a en fait des Alsaciens). Les Suisses peuvent au besoin recruter jusqu’à un tiers d’Allemands lorsque les hommes manquent pendant les guerres. En fait le nombre de Suisses proprement dits varie assez peu, ce qui contribue à la qualité des troupes.

Les recrues sont plutôt d’origine rurale, catholiques et francophones (rappelons que les ordres sont donnés en allemand dans les unités germanophones). Un mémoire de l’ambassadeur Amelot daté du 2 août 1697 montre que malgré l’intérêt économique de l’engagement, la dureté des temps et l’importance des pertes n’encouragent pas les vocations : « Il est encore certain que les Suisses s’enrôlent bien plus volontiers lorsqu’ils voient déployer un drapeau et qu’ils entendent battre la caisse pour une nouvelle levée que lorsqu’on veut les engager pour recruter les compagnies, ce qui ne leur donne que la triste idée de remplacer ceux de leurs compatriotes que la guerre a enlevés et privés pour toujours du retour dans leur patrie. Cette impression est encore plus forte dans une guerre aussi rude que celle-ci, où la destruction d’hommes est terrible et où l’on a vu sortir des cantons tous les ans pour la France plusieurs milliers de soldats comme simples recrues sans qu’il en revienne au pays qu’un très petit nombre ».

Les recrues viennent de Suisse mais aussi parfois de France et l’on recourt par ailleurs aux déserteurs en campagne, notamment aux déserteurs allemands que le roi préfèrerait pourtant voir enrôlés dans ses régiments allemands. On dispose d’un témoignage intéressant sur les suites de la bataille de Fleurus de 1690, lorsque le maréchal de Luxembourg voit 600 prisonniers s’évanouir dans la nature après qu’ils aient été en fait recrutés en grande partie par les Suisses qui les ont fait boire, en ont déguisé certains, ont cédé ces recrues à d’autres unités contre argent, en « n’oubliant rien, dit Luxembourg, de tout ce qui pouvait leur faire avoir des recrues qui ne leur coutassent rien, ceste nation ayant une âpreté pour cella au-delà de tout ce que l’on peut dire ». Luxembourg doit se justifier à Louvois et explique qu’il avait confié ces prisonniers aux Suisses car il les croyait plus disciplinés. Un mémoire du maréchal de Puységur de 1713 révèle aussi que « la plupart de l’infanterie étrangère est très forte en hiver dans les garnisons, mais dès que l’on est en campagne, surtout les Allemands, cela tombe, et dans les Suisses, les régiments qui font beaucoup de déserteurs allemands fondent de même ».

Les capitulations, négociées avec un ou plusieurs cantons, assurent l’unité du recrutement réalisé dans le canton par un officier mandaté par les autorités cantonales. Elles prévoient non seulement une solde supérieure aux troupes française, de 7 puis 6 écus par mois. Après Ryswick, Louis XIV décide d’abaisser la solde des Suisses de 6 à 5 écus pendant la paix, ce qui donne lieu à de longues négociations avec les cantons.

Les régiments suisses bénéficient également d’autres privilèges dont l’exercice libre de la religion, même après la Révocation de l’édit de Nantes (l’ordonnance du 12 février 1687 confirme la tolérance de l’identité protestante des troupes suisses). Celles-ci bénéficient en outre d’une justice particulière conforme aux lois de leur pays d’origine, qui a pour conséquence une discipline plus rigoureuse.

L’une des particularités de l’organisation et de la gestion des troupes suisses réside en outre dans le maintien d’un état-major propre à ces troupes, alors que Louis XIV, dans le cadre de la reprise en main de l’armée, a supprimé le colonel général de l’infanterie et que les autres colonels généraux ou équivalents n’ont plus qu’un rôle réduit ou presque à sa dimension honorifique. On trouve ainsi un colonel général des Suisses et Grisons, dont l’autorité s’étend sur toutes les troupes suisses sauf les Cent Suisses, un commissaire général des Suisses, chargé des montres et revues des régiments à l’exclusion des commissaires des guerres, un secrétaire général des Suisses (chargé de la correspondance avec les cantons, les bureaux de la Guerre, et du travail avec le colonel général). Jusqu’en 1673 et la mort du comte de Soissons, le colonel général nomme les colonels et capitaines suisses, ensuite le roi se réserve le pouvoir de nomination aux charges vacantes. Mais le colonel général propose des noms, et les provisions passent par le colonel général qui y met son attache pour installer les officiers. Il joue aussi un rôle d’intermédiaire en défendant les doléances de Suisses auprès du roi et en facilitant les recrutements ou œuvrant aux négociations avec les cantons. Le colonel général des Suisses garde ainsi un pouvoir relativement important.

Après la décision de Louis XIV d’accorder la charge à son fils naturel le très jeune duc du Maine, né en 1670, c’est en fait Pierre Stoppa qui assure les fonctions de colonel général des Suisses et Grisons à partir de 1674. Comme il est par ailleurs nommé en 1685 colonel des Gardes suisses, Stoppa devient l’homme fort pour tout ce qui concerne les Suisses, comme en témoigne la correspondance et les archives administratives des unités conservées à Vincennes.

Le portrait dressé par Saint-Simon souligne l’importance du personnage lorsqu’il meurt deux jours après le secrétaire d’État de la Guerre Barbezieux : « Stoppa, colonel des gardes suisses et d’un autre régiment suisse de son nom, mourut en même temps. Il avait amassé un bien immense pour un homme de son état, avec une grosse maison pourtant et toujours grande chère. Il avait toute la confiance du roi sur ce qui regardait les troupes suisses et les cantons, au point que tant qu’il vécut, M. du Maine n’y put et n’y fit aucune chose. Le roi s’était servi de lui en beaucoup de choses secrètes, et de sa femme encore plus, qui, sans paraître, avait toute la confiance de Mme de Maintenon, et était extrêmement crainte et comptée, plus encore que son mari, quoiqu’il le fût beaucoup. Il avait plus de quatre-vingts ans, avec le même sens, la même privance du roi, la même pleine autorité sur sa nation en France, et grand crédit en Suisse. Sa mort rendit M. du Maine effectivement colonel général des Suisses avec pleine autorité, qu’il sut étendre en même temps sur ce qu’il n’avait pu encore atteindre dans l’artillerie avec M. de Barbezieux. »

Les archives témoignent en effet du travail réalisé dans sa charge par Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine : on conserve plusieurs registres de copies de sa correspondance avec les officiers suisses, l’ambassadeur français à Soleure ou le ministre de la Guerre, des copies des attaches des commissions, de nombreux mémoires et règlements sur les Suisses, scrupuleusement annotés par le duc du Maine. Par lui passent les problèmes relatifs aux levées mais aussi les nominations (ainsi de celle de Villars-Chandieu à la tête du régiment bernois d’Erlach devenu Manuel). Il faut savoir que c’est dans les années 1700 que se met réellement en place une véritable gestion des carrières des officiers, avec rédaction d’états de service prenant en compte les qualités des officiers. Les Suisses ne dérogent pas à la règle comme en témoignent les nombreux états de service des régiments. Le traité d’alliance de 1663 prévoyait aussi que les officiers suisses devaient avoir les mêmes droits à l’avancement que les officiers français, ce qui a permis à certains de faire une belle carrière d’officiers généraux. Mais il fallait pour cela survivre à l’épreuve du feu.

 

L’emploi des Suisses au combat

Il nous faut en effet nous pencher maintenant sur l’emploi des troupes suisses en campagne et sur leur rôle au combat. Il ne s’agit pas ici de dresser un tableau d’honneur recensant les faits d’armes des différents unités suisses à la manière des historiques régimentaires, mais de comprendre en quoi la manière de combattre des Suisses a évolué dans le cadre général des mutations de l’art de la guerre dans la seconde partie du 17e siècle.

Pour commencer, où les Suisses ont-ils servi ? Les guerres de Louis XIV se déploient sur différents fronts dont les principaux sont celui des Flandres et celui d’Allemagne. Le premier, le plus proche de la cour, est celui où Louis XIV se rend le plus et où les troupes suisses ont le plus couramment combattu. La chose n’allait pas de soi pourtant car les conditions d’engagement des Suisses étaient strictes et les empêchaient théoriquement de combattre contre des compatriotes et certaines puissances. Mais les règles telles que fixées par les capitulations ne furent pas toujours respectées. La capitulation de 1671 avec Berne interdit l’engagement contre des troupes protestantes. Au début de la campagne de Hollande, les nouveaux régiments suisses refusent donc de combattre contre leurs coreligionnaires hollandais, mais Stoppa négocie et obtient leur accord. Le régiment d’Erlach grondant toujours est finalement envoyé par Louis XIV sur le front espagnol où il sert durablement. Après la Révocation, Berne favorise plus encore le service de la Hollande, ce qui se concrétise pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. De 1693 à 1697 la Hollande parvient à recruter des régiments non avoués dans les cantons protestants qui s’illustreront à Ramillies, Audenarde, Malplaquet, contre des troupes suisses au service de la France (jusqu’à sept régiments suisses au début du XVIIIe siècle). Jean de Sacconay (1646-1729), qui a laissé des mémoires, passe ainsi du service de la France où il est entré en 1665 à celui de la Hollande en 1693 avant de servir la Prusse.

Les Suisses ont donc essentiellement servi en Flandre mais pas seulement : plusieurs régiments servent en Catalogne sous le maréchal de Noailles (bataille du Ter, prises de Palamos et Girone en 1694 ; défense héroïque d’Albert Manuel à Castel-Follit en 1695 ; régiments de Manuel et Schellenberg au siège de Barcelone en 1697). Le régiment suisse de Hessy combat à La Marsaille en 1693 sous Catinat. On trouve des troupes suisses à l’armée d’Allemagne ou encore en Espagne pendant la guerre de Succession d’Espagne (les régiments de Hessy et Courten sont ainsi à Almanza en 1707).

Dans quels types d’opérations combattent les Suisses ? Le recueil de gravures militaires des Exercices de Mars de Nicolas Guérard, daté des années 1690, mentionne que les Suisses « rendent de bons services, surtout aux sièges des places ». Le front des Pays-Bas espagnols est celui où la guerre de siège joue le rôle le plus important du fait de la densité des places fortes dans les Pays-Bas espagnols ; par ailleurs, on le sait, Louis XIV aime à rationaliser la conduite de la guerre et les progrès apportés par Vauban dans l’art du siège l’encouragent à recourir de façon privilégiée à ce moyen d’avancer ses conquêtes en limitant le facteur risque. Pour autant, contrairement à l’idée que l’on se fait des sièges à la Vauban, et même si les progrès dans les techniques de siège ont permis d’économiser les troupes, les sièges restent des opérations violentes et meurtrières au moment des sorties ou des assauts. La garde de la tranchée est l’occasion de combats meurtriers contre les sorties des assiégés, parfois de nuit. Une fois que l’artillerie ou la mine ont rendu l’assaut des fortifications possible, il faut des troupes d’élite pour emporter les ouvrages (demi-lunes, ouvrages à corne…), souvent à l’arme blanche et sans faire de quartier. Les régiments suisses fournissent des troupes pour les gardes à la tranchée et les assauts, notamment les Gardes suisses qui montent souvent à l’assaut de la brèche à l’instar des autres troupes de la Maison du roi, gardes françaises, mousquetaires ou grenadiers à cheval. Les cent-Suisses sont présents en campagne lorsque le roi s’y trouve. Quand Louis XIV va à la tranchée lors des sièges, ils occupent la tête de la tranchée. Outre leur hallebarde ils sont dotés de fusils.

C’est notamment pour mener l’assaut lors des sièges que se développent les compagnies de grenadiers. Stoppa a introduit dans les unités suisses les réformes introduites alors dans l’infanterie sous l’égide de Louis XIV et de Louvois. C’est ainsi que les régiments suisses voient apparaître les grenadiers, réunis en compagnies. Armés de fusils, de grenades et de haches, les grenadiers constituent les troupes d’assaut privilégiées, qui subissent de lourdes pertes parfois.

Pendant la guerre de Hollande c’est surtout l’action des mousquetaires qui est mise en avant, ainsi à Maastricht en 1673 où les Suisses sont présents pourtant. Cela change ensuite durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg car le roi cherche à préserver ses mousquetaires. Les troupes suisses s’illustrent ainsi lors des sièges de Mons de 1691 (avec trois des quatre bataillons des Gardes suisses et les régiments Vieux-Stoppa, Polier et Pfyffer). Louis XIV, satisfait de l’action des Gardes suisses au cours du siège, décide d’ailleurs de donner rang de colonel à tous les capitaines des Gardes suisses. Lors du fameux siège de Namur de 1692, les quatre bataillons des Gardes suisses sont présents et les régiments Vieux-Stoppa, Polier, Greder mènent l’assaut.  Les Suisses s’illustrent également au siège de Charleroi en 1693, ou lors du bombardement de Bruxelles en 1695. Signalons enfin le rôle des Suisses dans la défense des places au cours de la guerre de Succession d’Espagne, ainsi lors de la défense de Lille par Boufflers en 1708.

Si les opérations de siège ont tenu une place de choix dans la stratégie mise en œuvre par Louis XIV et ses conseillers, la guerre de campagne et la bataille n’ont pas pour autant disparu, quand bien même l’accroissement des effectifs rendait les armées moins mobiles et plus sujettes aux problèmes d’approvisionnement. Les Suisses se sont ainsi illustrés pendant la guerre de Hollande aux combats acharnés de Seneffe en 1674 ou de Saint-Denis en 1678, au prix de pertes importantes. La bataille de Seneffe annonce d’ailleurs les batailles des décennies suivantes dans lesquelles le feu devient de plus en plus meurtrier.

Le XVIIe siècle voit en effet les lignes de bataille s’amincir progressivement et les formatons tactiques d’infanterie passer de gros carrés dans lesquels les piquiers tiennent le premier rôle à de minces lignes de fantassins permettant de bénéficier de la meilleure puissance de feu possible. Les bataillons suisses formés de 4 compagnies de 200 hommes pendant la guerre de Hollande servent alors sur 6 rangs de profondeur ; pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, des bataillons de 3 compagnies de 200 hommes servent sur 5 rangs ; pendant la guerre de Succession d’Espagne, les Suisses combattent sur 4 rangs voire 3 en fin de campagne. L’infanterie est toujours ou presque positionnée au centre sur deux lignes encadrée par des ailes de cavalerie.

L’évolution de l’armement va de pair avec celle des dispositifs tactiques : la part des piquiers dans le bataillon diminue progressivement jusqu’à l’abandon complet de la pique en 1703, le mousquet à mèche est remplacé par le fusil à silex généralisé avec la guerre de Succession d’Espagne, la baïonnette à douille est elle aussi généralisée en 1688. On assiste donc à l’instauration du couple fusil baïonnette destiné à perdurer jusqu’au XIXe siècle, mutation récemment étudiée par Boris Bouget. La promotion du feu entraîne l’abandon du cadre tactique dans lequel s’est exprimée jusque-là la valeur des Suisses et passe par l’abandon de la pique qui avait symbolisé la supériorité militaire des Suisses depuis deux siècles.

Les batailles menées en Flandre dans les années 1690 sont particulièrement éclairantes à cet égard. À Fleurus, le 1er juillet 1690, bataille marquée par une manœuvre de grande ampleur du maréchal de Luxembourg avec son aile droite qui tourne la gauche hollandaise et oblige l’ennemi à combattre sur deux fronts, les Gardes suisses et cinq régiments suisses doivent contenir la poussée du centre et de la droite ennemie, au prix d’une contenance face au feu qui est largement saluée. Deux colonels (Greder, Salis-Zizers) y perdent la vie. On lit ainsi dans une relation du combat sur Fleurus : « Quelques bataillons parmi lesquels se trouvèrent le troisième des gardes françaises et le premier des gardes suisses se tinrent fièrement le mousquet sur l’épaule, quoique fort près des ennemis qui étaient aussi très fermes, quoiqu’on eut tourné contre eux six pièces de canon qu’on leur avait prises ».

À Steinkerque, le 3 août 1692, l’épreuve est plus dure encore pour les régiments suisses et toute l’infanterie française en général. Le maréchal de Luxembourg, trompé par un espion retourné par Guillaume d’Orange, ne se rend pas compte que l’armée des alliés marche sur son camp. Sur un terrain coupé, la cavalerie ne peut donner ce qui était recherché par les anglo-hollandais dont la cavalerie était inférieure. L’infanterie française commence par essayer de tenir le choc et les régiments suisses de Stoppa et Polier tiennent bon malgré un feu épouvantable de l’ennemi (les deux colonels sont touchés). Vient ensuite le moment de la contre-attaque. Les gardes suisses, placés derrière les gardes françaises, demandent à marcher sur l’ennemi. L’épée et la pique à la main ils enfoncent la ligne ennemie sans faire feu. Écoutons le témoignage de Luxembourg dans la lettre qu’il adressa à la cour :

« Les ennemis étant sortis des bois et étant venus fort près de nous poser les chevaux de frise derrière lesquels ils faisaient un feu considérable, tout le monde d’une commune voix proposa de mettre nos meilleurs pièces en œuvre, et de faire avancer la brigade des gardes. L’ordre ne lui en fut pas sitôt donné qu’elle marcha avec une fierté qui n’était interrompue que par la gaieté des officiers et des soldats. Eux-mêmes aussi bien que tous les généraux furent d’avis de n’aller que l’épée à la main, et c’est comme cela qu’ils marchèrent. Les gardes suisses, imitateurs des François, marchèrent avec la même gaieté et la même hardiesse. Renolx vint proposer de n’aller que l’épée à la main, et Wagner dit que c’était la meilleure manière. Tout aussitôt il vola au centre de son bataillon et le mena à la même hauteur des gardes, droit aux ennemis qui ne purent tenir contre la contenance aussi hardie qu’avait cette brigade. On peut se servir du terme de contenance parce qu’elle ne tira pas un seul coup, mais la vigueur avec laquelle elle alla aux ennemis les surprit assez pour qu’ils ne fissent qu’autant de résistance qu’il en fallait pour en être joints et en même tems tués de coups d’épée et de picque, tous les gardes étant entrés dans les bataillons ennemis ».

Sourches écrira sur Steinkerque : « Les deux régiments des gardes françaises et suisses, le régiment du Roi et celui de Porlier eurent la plus grande part à cette victoire. » De fait l’épisode de la discussion entre Reynold et Wagner est volontiers cité dans les histoires des Gardes suisses car il fait écho à l’allant imperturbable des mercenaires suisses de la fin du Moyen Age ; on voit que cette fermeté n’est pas propre aux Suisses mais aux meilleurs régiments de l’armée française en général. Les états des pertes conservés à Vincennes témoignent de la violence du combat : 23 officiers suisses tués, 71 officiers blessés, 628 soldats et sergents tués, 1091 sergents et soldats blessés. Il faut ajouter 3 tués et 33 blessés chez les Gardes suisses. Soit 1849 tués et blessés parmi les Suisses sur un total de 6884. On constate des pertes énormes dans le régiment Stoppa l’Ainé. Jean-Baptiste Stoppa, frère de Pierre, est grièvement blessé et meurt à Mons quelques jours plus tard. On peut aussi constater l’ampleur des pertes grâce aux registres d’entrée aux Invalides. Bien que seuls les catholiques puissent y entrer, on voit des Suisses blessés entrer en nombre après Steinkerque, quasiment tous blessés par balles.

À Neerwinden, le 29 juillet 1693, c’est comme à Steinkerque l’infanterie qui joue le premier rôle dans la mesure où l’armée française attaque une armée ennemie moins nombreuse mais bien retranchée derrière des fortifications de campagne appuyées sur plusieurs villages. Les gardes-Suisses, Vieux-Stoppa, Reynold (ex-Polier), Greder, Surbeck, Salis et Courten chargent par trois fois les retranchements anglais à la baïonnette, les prennent puis les perdent. Les Gardes suisses, après avoir essuyé un feu violent pendant une heure et demie, chargent et chassent les Anglais et Bavarois de Neerwinden (ils perdent 11 officiers et 258 sous-officiers et gardes). On relève la mort du brigadier Jean-Jacques de Surbeck.

Pendant la guerre de Succession d’Espagne, avec les défaites, la Maison militaire n’est pas épargnée par les critiques. Les Gardes suisses tiennent le choc à Ramillies où ce sont plutôt les gardes du corps et la gendarmerie qui tenaient l’aile droite avant de s’effondrer qui sont accusés. À Malplaquet, le 11 septembre 1709, les gardes françaises et suisses sont pris par un feu d’enfilade, finissent par céder à la panique et se débandent (d’autres régiments d’élite comme le régiment du roi sont aussi en difficulté). L’infanterie française retraite en bon ordre. Les Gardes suisses et les régiments de May, Villars-Chandieu, Brendlé et Greder forment une ligne à une lieue de Malplaquet pour couvrir la retraite et subissent un feu terrible ; plusieurs compagnies des Gardes sont anéanties. Citons encore le combat de Denain où cinq régiments suisses participent à l’attaque des retranchements des Alliés, grenadiers en tête.

 

Conclusion

Même si elles ont évolué dans leur organisation sous l’effet des réformes voulues par Louis XIV, qui a obtenu une certaine homogénéisation dans la structure et l’emploi des unités, les troupes suisses, en défendant bec et ongles leurs privilèges, ont mieux résisté à l’uniformisation que les autres troupes étrangères servant en France, les troupes allemandes par exemple. Pour autant, ils n’ont semble-t-il pas cherché à lutter contre les évolutions techniques et tactiques qui touchent les armées à la fin du XVIIe siècle. Le système d’armes fusil-baïonnette a permis à la fois l’augmentation de la puissance de feu et la charge à la baïonnette dont les Suisses ont su faire bon usage en imitant ainsi leurs aïeux, mais sans que cette forme de combat ne soit en rien leur apanage (c’est plutôt celui des meilleures troupes d’infanterie dont celles de la Maison du roi et des grenadiers). Ils ne se distinguent plus par un armement ou des formations distinctes mais par un aguerrissement continu qui bonifie la troupe comme c’est le cas dans les meilleurs régiments français. Le cout supérieur des troupes suisses est ainsi justifié par leur discipline et leur valeur au combat ainsi que par la fidélité dont elles font preuves et le fait qu’elles désertent moins, toutes considérations qui ont poussé Louis XIV à accorder la plus grande confiance en ses régiments suisses durant tout son règne.

Bertrand Fonck

 

Orientation bibliographique :

Consulter en premier lieu l’Inventaire des archives de la Guerre. Sous-série Xg : Suisses au service de la France, XVIIe-XIXe siècles, par Olivier Azzola, Stéphane Billonneau et Jean-Charles Mercier sous la direction de Thierry Sarmant, Vincennes, SHAT, 2001.

Francis Barraz, Peter Stoppa, 1621-1701, Cully, 1986.

Marcel Burin des Roziers, Les capitulations militaires entre la Suisse et la France, Paris, Arthur Rousseau, 1902.

Rodolphe de Castella de Delley, Le régiment des Gardes suisses au service de la France, Éditions universitaires Fribourg Suisse, 1964.

François Cojonnex, Un Vaudois à la tête d’un régiment bernois, Charles de Chandieu (1658-1728), Pully, Centre d’histoire et de prospective militaires, 2006.

André Corvisier, « Une armée dans l’armée : les Suisses au service de la France », dans Cinq siècles de relations franco-suisses, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1984, p. 87-98.

Jérôme Bodin, Les Suisses au service de la France de Louis XI à la Légion étrangère, Paris, Albin Michel, 1988.

Jean-Jacques Dardel, 1663 : le renouvellement de l’Alliance avec le Roi de France. Histoire et tapisserie, par, Genève, Labor et Fides, 2013.

Eugène Fieffé, Histoire des troupes étrangères au service de la France, Paris, Librairie militaire, 1854.

Les Gardes suisses et leurs familles aux XVIIe et XVIIIe siècles en région parisienne, Société historique de Rueil-Malmaison, 1989.

Les relations militaires de la Suisse avec la France, Histoire et Défense, Montpellier, 1991.

Claire-Marie Lomenech, « Les ambassadeurs suisses à Paris en 1663. Usages protocolaires : entre tradition et politique », Études de Lettres, 3, 2010, p. 155-162.

Guillaume Poisson, 18 novembre 1663. Louis XIV et les cantons suisses, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2016.

Alain-Jacques Tornare, « Découverte relative aux Suisses », Revue militaire suisse, mai 2002, 147e année, n°5, p. 41-45.

Béat-Fidèle de Zurlauben, Histoire militaire des Suisses au service de la France, Paris, 1751-1753, 8 vol.

Prof. Dr. Thomas Maissen: Marignan et le Traité de Fribourg comme lieux de mémoire – XVI-XXI siècles

Prof Dr. Thomas Maissen est le directeur de l’Institut historique allemand à Paris. Il a reçu son doctorat après avoir étudié à Bâle, Rome, Naples et Paris en 1994, avec une thèse sur l’historiographie italienne et française pendant la Renaissance. Son habilitation a eu lieu en 2002 à Zurich, avec l’étude “La naissance de la Republique. La conception de l’Etat et sa représentation dans la Confédération moderne” (Göttingen 2006). Après avoir été professeur assistant à Lucerne, il devient professeur d’histoire moderne à l’Université de Heidelberg en 2004. Depuis 2006, il est membre de l’Académie des Sciences de Heidelberg. Il a été professeur invité de l’EHESS (2009) et fellow de l’IAS de Princeton (2010), de l’Institut bâlois de recherche Légitimité et religion ( 2009-2011) et du Marsilius-Kolleg Heidelberg (2012/13). Thomas Maissen a été co-directeur du Pôle d’excellence de Heidelberg “Asie et Europe” avant de prendre un congé en automne 2013 pour diriger l’Institut historique allemand de Paris. Parmi ses publications récentes comptent “Histoire de l’époque moderne” (Munich 2013) et “Histoire de la Suisse” (5e édition 2015; à paraître en français chez Septentrion en 2016).

Le traité de Fribourg de 1516 mit fin à un conflit armé entre la Confédération et la France qui faisait exception pendant l’Ancien Régime. Normalement, des temps de Louis XI jusqu’à Louis XVI et l’envahissement français de la Suisse en 1798, les Confédérés étaient les alliés des rois de France.

Cela n’est pas la raison pour laquelle le traité de 1516, pourtant avec la bataille précédente de Marignan en 1515, est restée un lieu de mémoire très important en Suisse jusqu’à aujourd’hui. Je vais l’expliquer dans ce qui suit à travers une comparaison avec le cas français, où, au moins selon Parisot de Bayard, « la date de l’Histoire de France [est] la plus connue de nos concitoyens ». Pourtant, « peu savent que Marignan est en Italie, encore moins que nos ennemis étaient suisse ». [1] On pourrait ajouter que presque tous ignorent le traité de Fribourg, ce qui d’ailleurs vaut également pour la plupart des Suisses.

Il n’est peu surprenant que les vainqueurs célébraient davantage la bataille, bien avant les reliefs du tombeau effectués par Pierre Bontemps qu’on peut encore admirer à Saint-Denis aujourd’hui.

François Ier fut comparé à Jules César sur une médaille portant l’inscription dom[itor] helvetior[um], dompteur des Helvètes. [2] Si cette stratégie faisait les louanges des Suisses pour glorifier davantage le jeune roi, il existait aussi une large propagande antisuisse pour dénigrer les adversaires comme « larrons, pilleurs, vilains crapaudés d’orgueil, paillards, trahistes et infideux, pauvres vachers ambitieux, vicieux et sans honneur », pour le dire avec Pasquier Le Moyne. [3]

En Suisse également, les guerres italiennes provoquaient une critique sévère des mœurs des mercenaires. Les grandes pertes furent attribuées à l’avarice et au luxe d’une jeunesse qui avait abandonné le modèle des ancêtres vertueux, En témoignent les gravures d’artistes comme Urs Graf qui avaient accompagnés les troupes en Italie, des poésies et allégories opposant le vieux confédéré vertueux et le jeune confédéré luxueux et surtout l’action religieuse et politique d’Ulrich Zwingli. [4] Ce dernier avait participé à la bataille de Marignan et ne devint pas seulement le réformateur de la Suisse, mais aussi l’apôtre d’un pacifisme érasmien qui renonçait aux services mercenaires et à toutes les alliances.

A la différence de la France, le souvenir de Marignan et du traité de Fribourg restait donc très ambivalent pendant presque deux siècles en Suisse. Cela ne changea que lentement après la Guerre de Trente Ans lorsque la neutralité politique devint une position légitime de la Confédération à partir de 1674, date de sa première déclaration par la diète lors de la Guerre de Hollande. Peu après, Franz Michael Büeler, secrétaire de la Diète fédérale, fut vraisemblablement le premier à faire remonter cette neutralité à la défaite de Marignan ou au traité de Paris. Sans les nommer, il demanda dans un traité publié en 1692 : « La neutralité, âgée aujourd’hui de 176 ans, n’a-t-elle pas permis à une louable confédération de se maintenir en paix par la grâce de Dieu tandis que les puissances étrangères se faisaient la guerre ? » [5] Si on calcule 1692 moins 176, on arrive à 1516. La légende de la neutralité suisse fondée dans Marignan remonte donc à l’époque de l’émergence même du concept de neutralité dans le contexte suisse.

Il est tout aussi remarquable que la défaite de Marignan et le traité de Fribourg fussent certes mentionnée dans l’historiographie suisse des 18e et 19e siècles, mais pas en termes de tournant. Ainsi cette gravure zurichoise de 1713 montra la bataille de Marignan avec un texte sans référence à la neutralité, mais affirmant que même la défaite avait accordé une immense gloire aux impavides héros. [6] Pour l’iconographie du 19e siècle, le motif décisif étaient ce que le Fribourgeois François d’Alt de Tieffenthal, dans son Histoire des helvétiens de 1751, appela la « glorieuse retraite ». [7] A la fin du 19e siècle, Ferdinand Hodler utilisa le même scénario pour ses fameuses fresques, mais avant d’y revenir, il faut jeter un coup d’œil sur la situation française.

Si la réputation de François Ier connaissait des conjonctures pendant le 17e et 18e siècles, Marignan en fut largement épargné comme sa seule grande victoire. Pendant l’époque révolutionnaire, l’image du roi touche le fond, mais déjà sous Napoléon et surtout pendant la restauration, elle s’améliora, notamment grâce au mythe du chevalier Bayard. [8] C’étaient surtout les légitimistes qui se saisirent de la mémoire de Marignan afin de montrer la prouesse de la dynastie capétienne ; ainsi François Ier devint un contre-modèle de l’usurpateur victorieux Napoléon Ier dont par exemple Chateaubriand se fit l’héraut : « Les succès de Napoléon n’eurent point de Pavie. » [9] En revanche, Louis XVIII inclut ce vaillant « roi-chevalier », épithète qui s’établit alors, parmi des rois-modèles modérés et brillants comme Saint-Louis. La gloire croissante de Bayard et l’adoubement de François Ier par celui-ci contribuaient beaucoup à cette revalorisation. En 1817, Louis XVIII commanda à Jean-Louis Ducis ce tableau de l’adoubement avec le soldat Bayard au centre, tandis que sur la toile d’Alexandre-Évariste Fragonard, commandée par le roi deux ans plus tard, le même scénario orbite autour de François Ier. [10] Par contre, Louis Philippe se voulait rassembleur quand il consacra, à Versailles, une collection « A toutes les gloires de la France ». Sur l’ordre du roi, Fragonard exécuta le tableau de Marignan en 1836 et présenta le roi clément au moment qu’il ordonne de cesser la poursuite des vaincus.

Il y a des parallèles frappants avec la toile d’Antoine-Jean Gros représentant Napoléon sur le champ de la bataille d’Eylau. [11]

Dans l’historiographie proprement dite, la sympathie de Jules Michelet s’adressait non au roi, mais au peuple, et ainsi il insista, contre la tradition, sur le rôle joué moins par l’artillerie que par l’infanterie française et populaire, qui aurait déclassé la chevalerie noble – une position reprise récemment par Sablon du Corail. [12] Quant au traité de paix avec les Confédérés, il ne faisait pas époque pour Michelet : « Les Suisses, si bien battus des lances et des boulets du roi, le furent encore plus de son argent. Il les gorgea, les renvoya. Corrompus contre eux-mêmes, ils acceptèrent, tête basse, plus d’argent que ne valait toute la Suisse, vendant les bailliages italiens et renonçant à l’Italie. » [13]

Les manuels scolaires soulignaient et soulignent encore la bravoure chevaleresque que le jeune roi manifesta justement à Marignan, contre un ennemi toujours « battu », « en fuite », « écrasé » et qui « décampe ». [14] En général, la tradition française rappelle bien plus que les auteurs suisses le manquement à la parole que les Confédérés avaient donné en concluant le traité de Gallarate quelques jours avant la bataille, un manquement normalement attribué à la personne de l’haineux cardinal valaisan Mathieu Schiner. L’image des Suisses reste aventureux et féroce ce qui augmente en même temps la performance française, ainsi leur traversée des Alpes selon Emmanuel Bourassin : « Les Suisses, impressionnés – et il en faut beaucoup pour impressionner un Suisse ! – laissèrent à leurs ennemis Turin et le Piémont et se regroupèrent dans la plaine du Milanais. » [15] Dans l’historiographie française récente, les Suisses sont considérés plutôt comme des mercenaires du Duc de Milan que comme une puissance politique autonome comme c’est le cas dans l’historiographie suisse même récente.

Si l’on a pu soutenir que la légende de Bayard disparaissait de la littérature scolaire à partir des années 1980, [16] il faut constater que l’adoubement ne se maintient pas seulement sur la couverture de livre pour enfants et chez Jean-Christophe Parisot de Bayard – qui légitima ainsi le patronyme que Christiane Taubira lui accorda en 2012. [17] Notamment Didier Le Fur a fait une critique radicale de la légende, tandis qu’Amable Sablon du Corail accorde aux proclamateurs de l’adoubement le bénéfice du doute. [18] Mais surtout le genre très français des biographies historiques littéraires ne renonce pas à cette tradition, comme en fait preuve Max Gallo en 2014 encore. [19] Par contre, le traité de Fribourg n’est normalement guère évoqué, et si un auteur le fait, comme Emmanuel Bourassin en 1997, ce n’est pas toujours très véritable : « Les Hélvètes juraient d’observer avec la France une paix perpétuelle qui n’a jamais été rompue depuis. » [20]

En Suisse, l’image de Confédérés militairement battus mais moralement invincibles, qui s’étaient repliés dans la dignité, était encore le motif de la célèbre fresque que Ferdinand Hodler réalisa en 1900, à contempler encore aujourd’hui à Zurich au Musée national suisse. À l’époque, son style moderne et la présentation peu héroïque des vaincus créa un véritable scandale. Quant à la neutralité, elle ne jouait aucun rôle ni du côté de l’artiste ni de ses critiques. [21] C’étaient les classiques de l’historiographie nationale, qui s’en emparaient et qui, ici comme ailleurs en Europe, voulaient légitimer le nouvel État-nation en le faisant remonter au Moyen Âge le plus reculé qui soit.

En 1892, Johannes Dierauer, écrivit à propos de l’histoire nationale : « La paix perpétuelle de 1516 signifia le terme de sa grande puissance européenne et … la transition vers une position de neutralité, appropriée à ses véritables moyens, dans les manœuvres guerrières de ses voisins. » [22] Il est intéressant de noter que Paul Schweizer, dans la première histoire de la neutralité suisse publiée en 1895, n’évoqua absolument pas Marignan, mais entra dans les détails du traité de Fribourg. Schweizer voulait montrer que celui-ci n’avait pas contrecarré la neutralité dont il localisait, en bon zwinglien, les origines dans l’opposition au service étranger. [23]

Il fallut attendre la Première Guerre mondiale, et le quatre-centenaire de la bataille, pour que la vision fût établie qui devint le mantra des générations d’élèves qui suivirent. L’historien bâlois Emil Dürr publia une « Contribution sur l’origine et la nature de la neutralité suisse » (Beitrag zum Ursprung und Wesen der schweizerischen Neutralität), dans laquelle il affirma : « Parler de Marignan ne signifie en réalité rien d’autre que d’évoquer l’unique origine et l’unique cause de notre neutralité ». [24] L’opuscule de Dürr établit cette date de naissance incorrecte qui convenait si bien à la position officielle de la Suisse entre la France et l’Allemagne. [25]

Cette interprétation fut reprise par le mouvement de « défense spirituelle », par lequel la Suisse à partir de 1938 présenta et légitima officiellement sa particularité en se démarquant des idéologies étrangères et du nazisme völkisch. Marignan, une défaite militaire après tout, entra pourtant dans une certaine concurrence avec une date encore antérieure, la Diète de Stans de 1481 et notamment la figure de Nicolas de Flue. Une tradition postérieure attribua à cet ermite une maxime que le conseiller fédéral Marcel Pilet-Golaz, alors président de la Confédération, utilisa dans les difficiles mois de l’été 1940 pour son allocution lors de la fête nationale, le 1er août. « Neutralité … il [Nicolas] ne prononça pas le mot, mais définit la chose : Ne nous mêlons pas aux querelles étrangères. Ses contemporains ne comprirent pas immédiatement. Il fallut la dure leçon de Marignan pour ouvrir les yeux. Ils ne doivent plus se refermer. » [26]

Cette idée d’une leçon intemporelle inspira la défense spirituelle également pendant la Guerre froide et notamment un comité qui se baptisa « Pro Marignano », avec la mission d’ériger un monument sur le lieu de la bataille pour le 450e anniversaire de celle-ci en 1965. On put lire dans l’appel à dons : « C’est avec notre retraite à Marignan que commença notre retraite vers la neutralité, dans une neutralité armée et vigilante. » L’épigraphe sur le monument proclama : Ex clade salus (De la défaite vient le salut) et, par le biais du latin, suggéra une tradition de longue durée. Or cette maxime émane du pasteur du Fraumünster de Zurich de l’époque, Peter Vogelsanger.[27]

Un autre comité patriotique, dénommé « Comité pour la commémoration de la bataille de Marignan et de ses conséquences » souhaita, pour sa part, produire des livres. [28] L’historien Georg Thürer publia en 1965 des « Méditations » sur le « tournant de Marignan ». Il y loua le fait que « les Confédérés se [soient] retirés de l’histoire mondiale » en 1515 dès qu’il s’agissait de guerre. [29] L’autre volume publié au nom de ce comité fut la présentation d’Emil Usteri de la bataille qui s’achevait sur le constat suivant : « Ce qui est en général affirmé à l’école est faux, les Confédérés n’ont pas cessé de se mêler des affaires étrangères après Marignan et sous le coup de la défaite ; ils ont continué à le faire, simplement de façon moins officielle … Le revirement de la Suisse vers la véritable neutralité est l’œuvre de générations postérieures. » [30]

Cette longue citation se justifie particulièrement parce que le secrétaire de ce comité de Marignan s’appela lors Christoph Blocher. Ce dernier transforma plus tard le parti rural et protestant qu’était l’Union démocratique du centre en un parti populiste moderne à l’extrême droite, qui est depuis devenu de loin le principal parti de Suisse. Blocher fait une autre interprétation de Marignan qu’Emil Usteri, dont il co-initia pourtant la publication mentionnée de 1965.

En 2010, Blocher affirma : « Notre neutralité remonte à la bataille de Marignan, elle est bien plus vieille que l’État fédéral. Elle fut suivie de la phrase célèbre attribuée à Nicolas de Flue ‹  N’élargissez pas trop la barrière › et ‹ Ne vous mêlez pas des affaires d’autrui ›. Aujourd’hui, la Suisse est là. Si nous adhérions à l’UE, nous devrions abandonner les éléments essentiels de notre État, la neutralité, mais aussi la démocratie directe ». [31]

Pourquoi les opposants à une Suisse membre de l’UE se réfèrent-ils à Marignan, pourquoi un pays célèbre-t-il une défaite militaire ? La Suisse n’est pas la seule dans ce cas, contrairement à ce qu’on pourrait le penser de prime abord. En 1989, Slobodan Milošević s’est ainsi référé à la défaite de 1389 lors de la bataille de Kosovo Polje, pour légitimer l’intransigeance serbe au Kosovo. Les défaites héroïques sont, au même titre que les grandes victoires, la matière masculine à partir de laquelle les nationalistes conservateurs de nombreux pays forgent la soi-disant spécificité de leur pays et tirent des leçons présentées comme intemporelles. Christoph Blocher et ses compagnons conservateurs et nationalistes suggèrent par une datation précoce que la neutralité fait partie de l’essence immémoriale du pays. Et ils refoulent le fait que les Suisses ont surestimé leurs forces en 1516, entraînant la signature d’un traité de paix avec la France qui fit des Confédérés non des neutres, mais un fournisseur de mercenaires sous tutelle. Plus problématique encore, ils refoulent le fait que la neutralité de la Suisse, son existence, en règle générale pacifique, mais aussi le système pacifique actuel se fondent sur le droit international. Ce dernier a pour sa part besoin d’institutions et d’instances qui le veillent, et sur notre continent, c’est l’Union Européenne qui les garantit.

Pour combattre justement l’UE, les souverainistes et nationalistes conservateurs de Suisse et d’ailleurs utilisent leurs visions erronées de l’histoire. C’est la raison pour laquelle l’histoire nationale et surtout la mémoire de Marignan joue encore un rôle très important en Suisse – pas dans les débats historiographique, mais dans l’espace publique et politique. [32] Pendant qu’en France, on reconstitua en 2015 la bataille avec un dessein folklorique et touristique, [33] les Suisses font une question identitaire de Marignan (mais non pas du traité de Fribourg qui est si difficile à intégrer dans un discours d’exceptionnalisme). La socialiste Simonetta Sommaruga, alors présidente du conseil, participa en septembre 2015 à la commémoration à Marignan que le comité « Pro Marignano » organisait avec l’appui notamment des nationalistes conservateurs. Sommaruga rappela que les faits de Marignan « n’avait encore rien à voir avec la neutralité » et insista sur la pluralité de récits dans l’histoire nationale sans pour autant évoquer la pluralité d’expériences historiques notamment dans les régions italophones de la Suisse, des territoires acquis justement par le traité de Fribourg. En comblant cette lacune, je suis arrivé à la fin de ma conférence et vous remercie.

[1] Jean-Christophe Parisot de Bayard, Marignan 1515. La bataille des géants, Editions Christian, Paris 2015, p. 5.

[2] Die Erfindung der Schweiz 1848-1998. Bildentwürfe einer Nation, Zürich, Chronos, 1998, p. 252. Pour une autre médaille avec le texte domitor elvetiorum voir Robert J. Knecht, Marignan : François Ier « vainquer des Suisses », In : De l’Italie a Chambord, François Ier. La chevauchée des princes français, Paris Somogy 2004, p. 22-39, ici 24.

[3] Pasquier Le Moyne ## cité par J. Garrisson, 1515, Marignan !, in: L’histoire, Bd. 114, 1988, p ## ; voire également Le Fur, François Ier, p. 133-137; Didier Le Fur: Marignan: 13-14 septembre 1515, Paris: Perrin 2014, p. 195-217; Arthur Piaget, „Poésies françaises sur la bataille de Marignan“. In : Victor van Berchem (éd.), Mélanges. Mémoires et Documents de la Société d’histoire de la Suisse romande, 2e ser. 4, Lausanne 1902, p. 93-127.

[4] Voir Marchal, Schweizer Gebrauchsgeschichte, 34-35, 235, 248, 371-374

[5] Franz Michael Büeler, Tractatus von der Freyheit, Souverainitet und Independenz der Loblichen Dreyzehen Orthen der Eydgnossschafft…, Baden, Johann Ludwig Baldinger, 1692, p. 115, 118.

[6] Johann Melchior Füssli, Schlacht vor Marignan, den 13. und 14ten Septembris Ao. 1515, Neujahrsblatt 1713, Stadtbibliothek Zürich.

[7] François d’Alt de Tieffenthal, Histoire des helvétiens, t. 7, Fribourg 1751, p. 145 ; voir Walter, Marignan, 1515, p. 493.

[8] Le Fur, Marignan, p. 308-316 ; Janine Garrisson, 1515, Marignan !, in: L’histoire, Bd. 114, 1988, S. 26-32.

[9] Chateaubriand,Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard, 1951, p. 709..

[10] Le Fur, Marignan, p. 316-##.

[11] Die Erfindung der Schweiz 1848-1998. Bildentwürfe einer Nation, Zürich, Chronos, 1998, p. 253-256

[12] 289, cf. 281 ; voir Amable Sablon du Corail,: 1515, Marignan, Paris: Tallandier, 2015, p 375, 376-377.

[13] 295.

[14] Christian Amalvi, « François Ier à l’école : l’image du règne dans la littérature destinée aux écoles et aux familles, 1830-2000 », in Pierre-Gilles Girault, François Ier. Images d’un roi, de l’histoire à la légende, Blois : Château de Blois ; Paris: Somogy, 2006, p. 44-51, ici 45-46 ; Garrisson, 1515, Marignan !, in: L’histoire, Bd. 114, 1988, S. 26-32.

[15] Emmanuel Bourassin, François Ier. Le roi et le mécène, Tallandier, Paris 1997, p. 53.

[16] Christian Amalvi, « François Ier à l’école : l’image du règne dans la littérature destinée aux écoles et aux familles, 1830-2000 », in Pierre-Gilles Girault, François Ier. Images d’un roi, de l’histoire à la légende, Blois : Château de Blois ; Paris: Somogy, 2006, p. 50.

[17] Jean-Marie Le Guevellou, François Ier, Paris Hachette 1983, p. 4 ; Jean-Christophe Parisot de Bayard, Marignan 1515. La bataille des géants, Editions Christian, Paris 2015, p. 53-54.

[18] Didier Le Fur,: Marignan: 13-14 septembre 1515, Paris: Perrin 2014, p. 286-300, 310-316, 322 ; Amable Sablon du Corail,: 1515, Marignan, Paris: Tallandier, 2015, p. 342-347.

[19] Max Gallo, François Ier. Roi de France, Roi-Chevalier, Prince de la Renaissance française, XO édition Paris 2014, p. 57-58 ; de même André Castelot, François Ier, France Loisirs, Paris 1984, p. 89 ; Emmanuel Bourassin, François Ier. Le roi et le mécène, Tallandier, Paris 1997, p. 52 ; Michel Géoris, François Ier le Magnifique, France-Empire, Paris 1998, p. 68-69 ; Claude Dufresne, François Ier. Le chevalier de l’amour, Editions Belfond, Paris 1999, 45.

[20] Emmanuel Bourassin, François Ier. Le roi et le mécène, Tallandier, Paris 1997, p. 53. Jacky Lorette, 1515 – L’année des ruptures, L’Archipel. Paris 2015, p. 146, est mieux informé de la durée.

[21] Voir Franz Zelger, Heldenstreit und Heldentod. Schweizerische Historienmalerei im 19. Jahrhundert, Zürich 1973, p. 115-123, ainsi que les contributions pour le catalogue Die Erfindung der Schweiz 1848-1998. Bildentwürfe einer Nation, Zürich, Chronos, 1998, p. 197-301, surtout 284-293, et Lucia Angela Cavegn, Der Kunststreit um die Marignano-Fresken von Ferdinand Hodler, in: Haudenschild, Marignano 1515-2015, p. 383-404

[22] Dierauer, Bd. 2, 1892, 465: „Der ewige Friede vom Jahre 1516 bedeutete den Abschluß ihrer großen, europäischen Machtstellung und … den Übergang zu der ihren wirklichen Mitteln angemessenen neutralen Haltung in den kriegerischen Verwickelungen ihrer Nachbarn.“

[23] Paul Schweizer, Geschichte der Schweizerischen Neutralität, Frauenfeld 1895, p. 168-172.

[24] Emil Dürr, Die auswärtige Politik der Eidgenossenschaft und die Schlacht bei Marignano : zum 13. und 14. September 1915 : ein Beitrag zum Ursprung und Wesen der schweizerischen Neutralität Basel : Helbing & Lichtenhahn 1915, p. 4: „Aber wenn man bedenkt, daß damit die inneren Gründe unserer Neutralität zur Erscheinung kommen, so wird man dieses Ausgreifen zu einer Zeit entschuldigen, da eben dieser Leitsatz unserer auswärtigen Politik unser staatliches Denken beherrscht und so oft nach dessen Quelle gefragt wird. In der Tat: von Marignano sprechen heißt im Grunde nichts anderes als auf den einen Ursprung und die eine Ursache unserer Neutralität eingehen.“ (Mise en évidence selon original).

[25] F. Walter, «Marignan 1515: traces de la mémoire d’une bataille de géants», In B. Roth-Lochner et al., Des archives à la mémoire, 1995, 477-503, et Georg Kreis, Schlacht bei Marignano, in: Id., Schweizerische Erinnerungsorte. Aus dem Speicher der Swissness. Zürich NZZ-Libro 2010. p. 71-85, ici p. 74, ont ignoré Dürr et la date commémorative de 1915.

[26] Walter, Marignan, p 499, d’après Theophil Spoerri et al., La Suisse forge son destin, Neuchâtel 1942, p. 326.

[27] Voir Roland Haudenschild, Die Fondazione Pro Marignano, in: Haudenschild, Marignano 1515-2015, p. 415-458, 437-438 pour le texte de l’appel.

[28] Ibid., p. 423-424.

[29] G. Thürer, Die Wende von Marignano. Eine Besinnung zur 450. Wiederkehr der Schicksalstage von Mitte September 1515, 1965, p. 54-56. La traduction française fut publiée sous le titre Marignan. Tournant de notre histoire. Pour le 450e anniversaire des événements de la mi-septembre 1515. Signification d’une défaite, Zurich 1965.

[30] Emil Usteri, Marignano. Die Schicksalsjahre 1515/16 im Blickfeld der historischen Quellen. Zürich 1974, p. 593: „Nicht richtig ist, was in der Schule meistens behauptet wird, nämlich daß nach Marignano unter dem Eindruck der Niederlage die Einmischung der Eidgenossen in fremde Händel gleich aufgehört hätte; sie ging durchaus weiter, nur erfolgte sie weniger offiziell. … Die Wendung der Schweiz zur eigentlichen Neutralität gar ist das Werk späterer Generationen.“

[31] http://www.blocher.ch/artikel/single/article/etwas-fuer-anspruchsvolle-leute/

[32] Les positions opposées pour ce sujet sont défendues dans Thomas Maissen, Schweizer Heldengeschichten, p. 104-115 (« Neutral seit Marignano ») et Markus Somm, Marignano. Die Geschichte einer Niederlage, Stämpfli, Bern 2015.

[33] http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/marignan-15152015-un-spectacle-historique-inedit-decouvrir-776907.html

1516-2016 : Paix perpétuelle France-Suisse

Im Auftrag der Schweizerischen Botschaft in Paris möchten wir hier die Texte der am 27. September 2016 gehaltenen Vorträge des historischen Kolloquiums in Paris “1516-2016: 500e anniversaire de la Paix perpétuelle entre la France et la Suisse” einem breiteren Publikum präsentieren.

Später sollten dann diese Texte evtl. mit den Vorträgen des historischen Kolloquiums in Freiburg (organisiert vom Staatsarchiv Freiburg i.Ü.: “La paix perpétuelle de 1516. Fribourg, capitale diplomatique”) vom 30.11.2016 und anderen kleineren Publikationen publiziert werden.

Folgende Themen wurden am 27.09.2016 diskutiert und könnten hier publiziert werden (natürlich unter der Voraussetzung, dass die Autoren uns diese alle zuschicken):

– Président du Sénat Gérard Larcher: “Allocation d’ouverture”

– Conseiller fédéral Alain Berset: “Allocation d’ouverture”

– Professeur Silvia Arlettaz: “Histoire socio-culturelle des migrations”

– Professeur Lucien Bély: “Le regard français sur la Suisse au temps de Louis XIV”

– Professeur Yves-Marie Bercé: “Le rôle des troupes suisses pendant la Fronde”

– Professeur Fabrice Brandli: “Genève : une République au temps des monarchies”

– Professeur Olivier Christin: “La Confédération sous le regard des philosophes du XVIe s.”

– Monsieur Alexandre Dafflon: “Le rôle de l’Ambassade de France dans la Confédération”

– Dr Bertrand Fonck: “Les troupes suisses sous Louis XIV”

– Professeur André Holenstein: “Echanges économiques F – CH à l’époque moderne”

– Professeur Thomas Maissen: “Marignan et le Traité de Fribourg comme lieux de mémoire”

– Monsieur Guillaume Poisson: “1516 : Un traité de paix “pierre angulaire” des relations diplomatiques franco-suisses pendant 3 siècles”

– Monsieur Amable Sablon du CORAIL: “Les guerres italiennes”

– Professeur Thomas Maissen + Professeur Lucien Bély: Schlusswort

Publications des textes du Colloque à Paris du 27.09.2016